Tour de France 2011 : Philippe Gilbert premier maillot jaune

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tour de France 2011.jpg
Les cinq derniers articles


Interprojet
avant 2010
2012 après
Profil de la 1re étape.
Source : Yves LG.

2 juillet 2011. – La 1re étape du Tour de France 2011, tracée sur 191,5 kilomètres entre le passage du Gois (La Barre-de-Monts) et le mont des Alouettes (Les Herbiers), en Pays de la Loire, a vu la victoire du Belge Philippe Gilbert, qui endosse le premier maillot jaune de leader du classement général, devant l'Australien Cadel Evans et le Norvégien Thor Hushovd, au terme d'une journée marquée par une série de chutes.

Parcours

Les coureurs s'élancent du passage du Gois.
Source : Pinpin.

Le « Grand Départ » 2011 rappelle sensiblement son homologue de 2008. En effet, il y a trois ans, le Tour partait de Brest, en Bretagne, pour une étape en ligne. Une entame de course atypique, puisque l'épreuve débutait à chaque fois par un prologue ou une première étape contre-la-montre depuis 1967. De plus, la Grande Boucle s'élançait alors de France, ce qui rompait également avec les traditions, le Tour ayant l'habitude de prendre son envol de l'étranger, comme ce fut le cas ces deux dernières années. Le parallèle avec 2011 n'est donc pas anodin car, à nouveau comme en 2008, dans la côte de Cadoudal de Plumelec, la première étape s'achève en côte, cette fois au mont des Alouettes, sommet des Herbiers proche du Puy du Fou. Longue de 2,2 kilomètres pour 4,7 % de moyenne, la montée est taillée pour puncheurs et les sprinters puissants, désireux d'endosser le maillot jaune, au terme d'une étape nerveuse commençant du passage du Gois, chaussée submersible de 4,5 kilomètres reliant l'île de Noirmoutier au continent, décor en harmonie avec un départ particulier qui avait déjà été empruntée par les coureurs en 1993, 1999, où Alex Zülle, dauphin de Lance Armstrong, avait concédé plus de six minutes à la suite d'une chute collective, et 2005, lors du dernier départ de Vendée, département qui accueille le départ du Tour pour la cinquième fois cette année.

Déroulement

Philippe Gilbert, vainqueur de l'étape et leader du classement général, lors du Tour des Flandres 2011.
Source : Green-eyed girl.

Dès que le directeur Christian Prudhomme lance le Tour en donnant le départ réel à la sortie du passage du Gois, le Français Perrig Quemeneur (Europcar, équipe vendéenne qui tenait à cœur d'animer la course sur ses terres) devient le premier attaquant de l'édition 2011 — ce qui lui permettra de recevoir le prix de la combativité — en lançant les hostilités, suivi immédiatement par son compatriote Jérémy Roy (FDJ), qui avait annoncé partir à l'avant dans cette première étape, et le rouleur néerlandais Lieuwe Westra (Vacansoleil-DCM). Le peloton les laisse rapidement prendre de l'avance, puisqu'ils compteront jusqu'à 6’30” d'avance. Un premier incident se produit quand le Belge Jurgen Van De Walle (Omega Pharma-Lotto), voulant signaler la présence d'un îlot directionnel, perd le contrôle de son vélo et goûte au bitume, toutefois sans gravité.

Cette année, les organisateurs ont procédé à la réforme du système d'attribution des points pour le classement du maillot vert en accordant davantage d'unités lors du sprint intermédiaire de la journée ; il n'y en aura donc plus qu'un par étape, mais qui rapportera vingt points au premier, dix-sept au deuxième, quinze au troisième, jusqu'à un au quinzième. Ainsi, Roy devance Westra et Quemeneur à Avrillé. Toutefois, c'est au niveau du peloton et des sprinters que la lutte est intéressante : les équipes HTC-Highroad de Mark Cavendish et Lampre-ISD d'Alessandro Petacchi accélèrent le rythme, mais le Britannique ne parvient à prendre que cinq points et l'Italien quatre, alors que l'Américain Tyler Farrar (Garmin-Cervélo) va chercher treize points en battant pour la quatrième place l'Allemand André Greipel (Omega Pharma-Lotto) qui en hérite de onze. Ces manœuvres réduisent considérablement l'écart avec les échappés, mais celui-ci remonte aussitôt lorsque le tempo se calme. Ce sont désormais les formations Garmin-Cervélo et Omega Pharma-Lotto qui mènent la poursuite pour leurs leaders Thor Hushovd et Philippe Gilbert, deux grands prétendants à la victoire au mont des Alouettes.

Le trio de tête sera en effet repris à dix-huit kilomètres de l'arrivée et l'allure devient de plus en plus élevée lorsque, neuf kilomètres plus loin, le Kazakh Maxim Iglinskiy (Astana) heurte une spectatrice et provoque une chute collective qui ne laisse plus qu'une cinquantaine d'hommes à l'avant. Dans la montée finale, au moment où de nouvelles chutes se produisent — la nervosité étant monnaie courante au cours des premières étapes dans les grands tours —, après des accélérations d'Alexandre Vinokourov (Astana) et d'Egor Silin (Team Katusha), le champion de Suisse Fabian Cancellara (Leopard-Trek) tente un coup peu après la flamme rouge mais est déposé par son homologue belge Philippe Gilbert, qui s'impose en résistant de trois secondes au retour de l'Australie Cadel Evans (BMC Racing), tandis que le Norvégien Thor Hushovd règle le peloton principal six secondes après le premier maillot jaune de ce Tour 2011.

Entre temps, le grand favori à la victoire finale (vainqueur de la Grande Boucle en 2007, 2009 et 2010, l'Espagnol Alberto Contador (Saxo Bank-Sungard) et son compatriote Samuel Sánchez (Euskaltel-Euskadi), quatrième l'an dernier, ont été pris dans la première chute collective et franchissent la ligne avec 1’20” de retard sur Gilbert. Pourtant, le rival numéro un du Pistolero, le Luxembourgeois Andy Schleck (Leopard-Trek), arrive encore plus tard, dans la confusion, mais est crédité du même temps que le premier peloton. Pourquoi ? Un Schleck, un Bradley Wiggins (Team Sky) ou un Robert Gesink (Rabobank) — qui a d'ailleurs terminé sans selle — ont été retardés par la seconde vague de chutes, qui s'est déroulée à moins de trois kilomètres de l'arrivée, ce qui signifie que, comme le prévoit le règlement, « en cas de chute […], les coureurs impliqués sont crédités du temps du groupe auquel ils appartenaient. Cette règle ne s'applique pas dans les étapes disputées en contre-la-montre et sur les arrivées au sommet d'une ascension. » Pourtant, le mont des Alouettes est une ascension de quatrième catégorie, sauf que la règle s'applique bel et bien, cette première journée étant référencée en « étape de plaine ». En revanche, le final quatrième étape, qui s'achève en côte à Mûr-de-Bretagne, assez similaire mais plus raide que les Alouettes, est interprété différemment : la règle des trois derniers kilomètres ne sera donc pas d'actualité. Un fait de course qui ramène dans toutes les mémoires le fameux saut de chaîne d'Andy Schleck, alors en pleine attaque dans le port de Balès lors de la quinzième étape de l'année dernière, qui avait permis à Contador de prendre 39 secondes au Luxembourgeois, soit justement l'écart final entre les deux coureurs à Paris. L'histoire va-t-elle s'inverser ?

Classements

Étape

1. Flag of Belgium (civil).svg Belgique Philippe Gilbert Omega Pharma-Lotto en 4 h 41 min 31 s
2. Flag of Australia.svg Australie Cadel Evans BMC Racing + 3 s
3. Flag of Norway.svg Norvège Thor Hushovd Garmin-Cervélo 6 s
4. Espagne Espagne José Joaquín Rojas Movistar m.t.
5. Flag of Belgium (civil).svg Belgique Jurgen Van den Broeck Omega Pharma-Lotto m.t.
6. Flag of the United Kingdom.svg Royaume-Uni Geraint Thomas Team Sky m.t.
7. Flag of Germany.svg Allemagne Andreas Klöden Team RadioShack m.t.
8. Flag of Estonia.svg Estonie Rein Taaramäe Cofidis m.t.
9. Flag of the United States.svg États-Unis Christopher Horner Team RadioShack m.t.
10. Flag of Germany.svg Allemagne Tony Martin HTC-Highroad m.t.

Général

1. Flag of Belgium (civil).svg Belgique Philippe Gilbert Omega Pharma-Lotto en 4 h 41 min 31 s
2. Flag of Australia.svg Australie Cadel Evans BMC Racing + 3 s
3. Flag of Norway.svg Norvège Thor Hushovd Garmin-Cervélo 6 s
4. Espagne Espagne José Joaquín Rojas Movistar m.t.
5. Flag of Belgium (civil).svg Belgique Jurgen Van den Broeck Omega Pharma-Lotto m.t.
6. Flag of the United Kingdom.svg Royaume-Uni Geraint Thomas Team Sky m.t.
7. Flag of Germany.svg Allemagne Andreas Klöden Team RadioShack m.t.
8. Flag of Estonia.svg Estonie Rein Taaramäe Cofidis m.t.
9. Flag of the United States.svg États-Unis Christopher Horner Team RadioShack m.t.
10. Flag of Germany.svg Allemagne Tony Martin HTC-Highroad m.t.

Points

1. Flag of Belgium (civil).svg Belgique Philippe Gilbert Omega Pharma-Lotto 45 pts
2. Flag of Australia.svg Australie Cadel Evans BMC Racing 35 pts
3. Flag of Norway.svg Norvège Thor Hushovd Garmin-Cervélo 30 pts

Montagne

1. Flag of Belgium (civil).svg Belgique Philippe Gilbert Omega Pharma-Lotto 1 pts
2. Flag of Australia.svg Australie Cadel Evans BMC Racing /
3. Flag of Norway.svg Norvège Thor Hushovd Garmin-Cervélo /

Jeune

1. Flag of the United Kingdom.svg Royaume-Uni Geraint Thomas Team Sky en 4 h 41 min 37 s
2. Flag of Estonia.svg Estonie Rein Taaramäe Cofidis + 0 s
3. Flag of Russia.svg Russie Egor Silin Team Katusha m.t.

Équipe

1. Flag of Belgium (civil).svg Belgique Omega Pharma-Lotto en 14 h 4 min 45 s
2. Flag of the United States.svg États-Unis Garmin-Cervélo + 3 s
3. Flag of Luxembourg.svg Luxembourg Leopard-Trek 6 s

Combativité

Sources

Sources francophones
Sources anglophones