Saddam Hussein a été exécuté

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Saddam Hussein à son procès

30 décembre 2006. – L'ancien dictateur irakien, Saddam Hussein, a été exécuté ce matin à 6 heures (heure locale) par pendaison dans un lieu tenu secret. L'annonce de cette exécution a été faite par la télévision publique irakienne dans un premier temps, puis elle a été confirmée par des sources officielles. Un témoin a rapporté que Saddam Hussein était monté calmement à la potence, un exemplaire du Coran à la main. Il n'est pas encore indiqué ce que deviendra le corps de l'ancien dictateur.

Cette exécution est l'application de la peine capitale infligée pour la mort de 148 villageois chiites à Doujaïl dans le nord de l'Irak dans les années 80, et confirmée par le Haut tribunal pénal irakien mardi dernier. Les autres procès le concernant ne pourraient plus avoir lieu « post mortem ».

Cette peine capitale a eu lieu avant le début des fêtes musulmanes de l'Aïd, pendant lesquelles aucune exécution ne doit avoir lieu. Elle a eu lieu en présence exclusive d'Irakiens, après la remise du prisonnier aux autorités irakiennes par les Américains qui le détenaient jusque là. Selon l'AFP, les derniers mots de l'ancien Raïs auraient été : « J'espère que vous resterez unis et je vous mets en garde : ne faites pas confiance à la coalition iranienne, ces gens sont dangereux. » La télévision d'État a filmé l'exécution laquelle a été diffusée ultérieurement d'abord par la chaîne d'information arabe Al-Jazeera et puis par les télévisions occidentales.

Réactions

Dans le monde

Aux États-Unis, le président George W. Bush a notamment déclaré que cette exécution « ne mettra pas fin à la violence en Irak, mais c'est une étape importante sur la route de l'Irak vers une démocratie qui peut se gouverner, être autosuffisante et se défendre, et être un allié dans la guerre contre le terrorisme. » L'Iran et Israël se sont réjouis aussi de sa disparition.

Les réactions sont plus mitigées du côté européen. Ainsi, Du côté français, le Quai d'Orsay s'est contenté de prendre acte de l'exécution de la sentence. Le Conseil Français du Culte musulman a manifesté sa désapprobation et estime, quant à lui, que l'exécution le jour de la fête musulmane du sacrifice « est une offense manifeste aux sentiments des musulmans. »

Ségolène Royal, candidate soutenue par le Parti socialiste pour l'élection présidentielle française de 2007, a fait part de son « sentiment indéfinissable de dégoût » et précisé qu'elle était « opposée à la peine de mort, fût-ce pour un dictateur abominable » et fait part de ses craintes de voir les images de l'exécution de l'ancien raïs « [finir] par créer un sentiment de solidarité avec un dictateur dont les actes sont définitivement indéfendables. »

Le Vatican a qualifié ceci de nouvelle tragique et pense qu'« Il y a un risque qu'elle alimente l'esprit de vengeance et sème de nouvelles violences. » Les autorités russes ont manifesté leurs craintes de voir toute la région du Golfe déstabilisée par la mort de Saddam Hussein.

Au Venezuela, comme on pouvait s'y attendre, la majorité parlementaire du président Hugo Chávez a condamné cette exécution, par le biais d'une intervention du vice-président de la commission de politique extérieure de l'Assemblée nationale, qui voit dans l'événement une « violation des droits humains » et fustige par la même occasion l'invasion de l'Irak en 2003 par les États-Unis.

En revanche, Human Rights Watch a critiqué cette pendaison. Selon cet organisme, « Saddam Hussein était responsable de terribles et nombreuses violations des droits de l'homme, mais ses actes, aussi brutaux soient-ils, ne peuvent justifier son exécution, une punition cruelle et inhumaine. »

Dans le même registre, Amnesty International-USA a fustigé cette mise à mort : « L'exécution précipitée de Saddam Hussein constitue tout simplement une erreur », et estime que « cela signifie un déni de justice pour les victimes innombrables qui ont enduré des souffrances innommables pendant son régime et qui n'ont désormais plus la possibilité d'obtenir justice. »

Irak

L'annonce de l'exécution a été salué avec joie parmi la population chiite du pays. En revanche, les baassistes ont appelé à venger la mort de leur ancien leader. Ils ont appelé à la guerre sainte contre l'Amérique et l'Iran.

Pays arabo-musulmans

Une vague d'indignation est venue du monde arabo-musulman. L'exécution le jour de l'Aïd, a été ressentie comme une insulte pour une partie des musulmans. Des craintes de tensions entre les pélerins sunnites et chiites à La Mecque se font jour.

La Libye a décrété trois jours de deuil national. En Cisjordanie et à Gaza, la population a été sous le choc.

Des appels au Djihad ont été lancés notamment par le mollah Obaidullah Akhund, ancien ministre sous le régime des talibans en Afghanistan. « Bush et Blair ont lancé une croisade contre les musulmans. Saddam a été pendu parce qu'il était musulman, alors que des esclaves comme Djalal Talabani en Irak et Hamid Karzaï en Afghanistan ont été portés au pouvoir (...) Les musulmans devraient s'unir contre les infidèles, rejoindre le djihad et soutenir les moudjahidines car le djihad est devenu une obligation pour tous les musulmans à travers le monde (...) Si Dieu le veut, l'Afghanistan et l'Irak vont devenir un nouveau Vietnam pour l'Amérique... Si Dieu le veut, les forces de l'envahisseur en Afghanistan et en Irak vont bientôt être mises en échec. », a-t-il notamment déclaré.

En Tunisie, malgré le silence des autorités, la réprobation populaire est perceptible : offense aux musulmans et volonté de Washington de se débarrasser au plus vite de ce personnage, peut-on entendre dans la rue.

Sources

Sources francophones
Sources anglophones
Source hispanophone

Voir aussi