France : 7 morts et 11 blessés graves dans un incendie à Dijon

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le quartier de la Fontaine-d'Ouche depuis le Lac Kir

16 novembre 2010. – Sept personnes ont été tuées et 11 autres blessées dans un incendie qui s'est déclaré dans l'agglomération dijonnaise. Les faits se sont produits dimanche soir dans le quartier de la Fontaine-d'Ouche vers les 1 h 30 du matin. Un feu de poubelle est à l'origine du sinistre. Les flammes se sont propagées très rapidement au bâtiment de 9 étages.

Le bilan est lourd : 7 personnes décédées et 134 hospitalisées. 11 personnes sont blessées gravement : 3 enfants sont en réanimation et 8 autres ont été placées dans des caissons de recompression. Parmi les victimes, 6 ont succombé par asphyxie due aux émanations toxiques du brasier. La dernière a tenté de descendre du sixième étage, en sautant par la fenêtre et en s'accrochant, en vain, à des draps noués entre eux. Ce tragique événement a provoqué une vive émotion au sein de la population. Près de 80 professionnels du CHU de Dijon dont une cinquantaine du SAMU ont dû intervenir. À ces équipes s'ajoutent celles des pompiers dépêchées sur place.

Les enquêteurs ont été surpris par la vitesse de propagation de l'incendie. Plusieurs pistes pourraient expliquer ce phénomène. La première explication avancée consiste à la forme en H du bâtiment, ce qui aurait favorisé l'effet de cheminée. La seconde hypothèse tient des vents qui auraient attisé les flammes.

Plusieurs éléments doivent être éclaircis : pourquoi les trappes d'accès aux échelles destinées à l'évacuation d'urgence par le toit étaient sous clef ? Le système d'évacuation des fumées a-t-il fonctionné ? La façade incendiée avait été rénovée quatre ans auparavant. Était-elle conforme aux normes ? Pourquoi les suies issues de sa combustion ont été toxiques ?

Quant au feu de poubelle, la piste de l'acte volontaire semble être privilégiée. Le colonel Jean Chauvin, chef du SDIS[1] du département, penche pour cette hypothèse : « On ne connaît pas le volume de combustible qui a été nécessaire au développement de cet incendie, mais un feu de poubelle ne démarre pas aussi facilement. Deux éléments liés au positionnement du local à poubelles se sont peut-être conjuguées : un effet four et un effet conduit de cheminée, aggravé par un vent dominant qui rabattait les flammes vers les fenêtres et l'intérieur du bâtiment. De plus, le positionnement de ces fenêtres assurait un flux d'air à l'intérieur du bâtiment qui a pu conduire à une concentration des fumées vers les escaliers empruntés par les occupants. Ce drame devra peut-être conduire à réfléchir aux réglementations qui s'appliquent à ces lieux. »

Notes

Sources

  • ((fr)) – Vincent Lindeneher« Horreur en pleine nuit à la Fontaine-d'Ouche ». Le Bien Public, page 2n° 29915 novembre 2010.
  • ((fr)) – Jean-Philippe Guillot« Acrroché aux draps, Samba a fini par céder… ». Le Bien Public, page 4n° 29915 novembre 2010.
  • ((fr)) – Gilles Dupont« Incendie volontaire : l'hypothèse de l'acte volontaire ». Le Bien Public, page 2n° 30016 novembre 2010.
  • ((fr)) – Berty Robert« Une tour et des questions ». Le Bien Public, page 3n° 30016 novembre 2010.
  • ((fr)) – Berty Robert« Le long travail des préventionnistes a commencé ». Le Bien Public, page 3n° 30016 novembre 2010.



  • Page France de Wikinews Page « France » de Wikinews. L'actualité française dans le monde.