Trophée LEN 2009-2010 : Marseille dernier club français en lice

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

8 novembre 2009. – Ce week-end, au terme de son groupe, le Cercle des nageurs de Marseille se qualifie pour les huitièmes de finale du trophée de la Ligue européenne de natation (LEN Trophy).

Au cours de ce même second tour de qualification, le Montpellier Water-Polo et l'Olympic Nice Natation sont éliminés de la seconde des coupes européennes.

Seconde, mais pas mineure par rapport à l'Euroligue puisqu'elle rassemble à ce niveau de la compétition les trois à quatre meilleures équipes des meilleurs championnats nationaux. Pour ceux qui concernaient les clubs français ces trois derniers jours, les championnats de Croatie, de Hongrie et d'Italie. Ces ligues nationales sont totalement professionnelles. Leurs joueurs ont plus d'automatismes et d'endurance que les trois clubs les plus professionnalisés du championnat de France élite.

Calvaire niçois

L'Olympic Nice Natation, vice-champion national, revenait du premier tour de l'Euroligue.

La première période de leur groupe L les cueillait à froid : 4 buts de retard contre le Vaterpolski klub Jadran Split. Ensuite, ce fut la course derrière. 15-10.

Lors du deuxième match, les Niçois mènent, cette fois, le train devant le CSK VMF de Moscou engrangeant une avance de deux buts à la fin de la troisième période (8-10 pour l'ONN). Reprise pendant les dernières huit minutes par les Russes qui gagnent avec un but d'avance : 13-12.

Le leader du groupe donnait le coup de grâce, ce dimanche matin : le champion allemand, Wasserfreunde Spandau 04, s'impose 15-6. Les Niçois lâchant prise après la mi-temps : du score nul 5-5, les Berlinois infligent un 6-0 et un 4-1 dans les deux dernières périodes.

Espoirs montpelliérains

Hôte du premier tour de ce Trophée LEN, le Montpellier Water-Polo avait montré la possibilité de tenir face à des grands clubs. Contre le Rari Nantes Savona, les poloïstes héraultais étaient revenus à un but de retard en fin de troisième période. Face au Vaterpolo Akademija Cattaro, ils avaient manqué d'endurance en dernière journée, mais en infériorité numérique pendant quatre minutes, ils avaient tout de même repris un but.

Sur le qui-vive depuis la coupe de France début octobre, enchaînant deux journées de championnat et deux tours de compétition européenne, les limites ont été rapidement visibles, même si, au début du dernier match de ce matin 9 heures 30, la qualification restait possible.

Vendredi soir, le tenant du titre et hôte du groupe H, le Szeged Vízilabda Egyesület en finissait avec sa première victime du week-end, le MWP, par 13-4 (4-1 ; 2-0 ; 3-1 ; 4-2). Posillipo prendra 8 buts de retard et l'Amateur Schwimm Club de Duisbourg cinq dans un match sans enjeu entre le leader du groupe et le dernier.

La défaite des Italiens du Circolo Nautico Posillipo jouait en faveur des Français qui remportait, difficilement, mais quand même, leur match contre Duisbourg par 14-12. Les choses ne furent pas aisées pendant les trois premières périodes : 2-4 ; 3-2 ; 3-4. Soit 8-10 en faveur des Allemands. Mais, la dernière période fut un festival montpelliérain : 6-2, score final : 14-12. Le capitaine Andrés Aguilar a marqué sept buts au cours de ce match. Encore une victoire et le MWP atteignait les huitièmes.

Bien qu'ils aient joué de 20 heures 30 à 21 heures 30 la veille, les Napolitains étaient prêts et réveillés à 9 heures 30 : 5-0 ; 3-2 ; 4-0 ; 5-3 = 17-5 contre Montpellier stoppé au second tour comme la saison dernière, de nouveau avec le club de Szeged sur son chemin.

Marseille second de son groupe

À Koper, en Slovénie, les affaires marseillaises ont mieux tourné dans le groupe M qu'au cours du premier tour de l'Euroligue. Le Cercle des nageurs remportent deux matchs : 14-7 contre l'hôte AŠD Vaterpolo Koper Rokava et 15-9 contre l'AZ&PC Amersfoort.

Le Rari Nantes Savona ayant dominé les débats, les Marseillais finissent second de leur groupe et se qualifient pour les huitièmes de finale. Ils ont même eu l'audace d'inquiéter les Italiens. Menés 3-4 à la mi-temps, les poloïstes français tiennent tête au score pendant les deux dernières périodes : 4-4 et 2-2, ne perdant qu'avec un but de retard 9-10.

Sources