Toulouse : pour préparer l'Euro 2016, la municipalité envisage de déplacer les campements proches du stade

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vue aérienne de l'île du Ramier.

22 juillet 2015. – La mairie de Toulouse demande l'expulsion de familles qui composent des camps situés sur l'île du Ramier, avant la fin de l'été. Cette démarche s'inscrit dans la perspective de l'organisation du Championnat d'Europe de football 2016.

Le Stadium municipal de Toulouse se trouve en effet sur l'île du Ramier située entre les deux bras de la Garonne. L'île abrite à ce jour, sur trois campements différents, entre une trentaine de familles et trois cents personnes. D'après l'association Droit au logement (DAL), ce chiffre serait d'au moins 115 personnes et peut-être supérieur à 200. Il ne peut cependant pas être connu précisément : « un recensement complet (est) impossible ». Sur les 115 personnes recensées par le DAL, 36 sont des enfants.

D'après La Dépêche, ces personnes apprécient la proximité de l'espace du Grand-Ramier qui offre des repas et des douches aux personnes sans-papiers et aux personnes en difficultés, cinq jours par semaine.

Lors d'un procès le 6 juillet, la cause de ces personnes a été défendue par maître Sagot. Le tribunal de grande instance a autorisé le démantèlement des campements sous condition de relogement par la commune. La mairie envisage de les reloger dans des bungalows dans le quartier de Paleficat.

Les personnes délogées seraient de nationalités roumaines, bulgares, albanaises ou encore portugaises. Certaines des personnes présentes qui ne sont pas des ressortissantes de l'Union européenne craignent d'être expulsées du pays à cette occasion.

Sources et notes[modifier | modifier le wikicode]


Logo Wikinews
Actualiser la page Actualiser la page
avant Jour précédent

Évènements du 22 juillet 2015

Jour suivant avant