Les Fidjiens de Nouvelle-Zélande pressés de manifester contre l'implication néo-zélandaise aux Fidji

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


6 mars 2007. – Le Premier ministre fidjien, Josaia Voreqe Bainimarama, a pressé les Fidjiens vivant en Nouvelle-Zélande de manifester contre l'implication du gouvernement et du Premier ministre, Helen Clark, de leur pays hôte dans les affaires fidjiennes.

L'actuel Premier ministre et ancien putschiste a annoncé à Radio Tarana (radio en langue indienne) que Helen Clark affecte et sape sa manière dont il pourrait diriger le pays car elle ne peut le supporter. Il a aussi dit que la Nouvelle-Zélande compromettrait les élections fidjiennes de 2010, que M. Bainimarama comptait remporter. Il a indiqué qu'il comptait supprimer les politiques fidjiennes basées sur les races, mais que la Nouvelle-Zélande nétait pas préparée à l'aider. Il affirme que la Nouvelle-Zélande et Helen Clark appuient un gouvernement de type ségrégationniste et appelle les Fidjiens à lui dire qu'ils ne le supportent pas.

M. Bainimarama a pris le pouvoir aux Fidji lorsqu'il y a entamé le quatrième coup d'état en 20 ans le 6 décembre 2006 en prétendant que le gouvernement était corrompu. Il s'était opposé au coup d'état de 2000, en prétendant que le gouvernement avait été trop laxiste avec les personnes impliquées.

En réponse au dernier coup d'état, les États-Unis d'Amérique, l'Australie et la Nouvelle-Zélande ont pris diverses sanctions.

Sources