Guyane : le plan gouvernemental rejeté par le collectif

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

6 avril 2017. – Dimanche, au terme de longues heures de négociations, le collectif de Guyanais menant depuis plus de deux semaines le mouvement social qui a débouché sur une grève générale, sur fond de revendications sécuritaires, sanitaires, éducatives, a refusé la proposition du gouvernement français, accusé de sous-investissement. Ce dernier avait annoncé un engagement de plus d'un milliard d'euros. Insuffisant selon le collectif, qui exige « 2,5 milliards d’euros tout de suite », comme l'a lancé un de ses porte-paroles, Olivier Goudet. De nouvelles actions ont par conséquent été prévues, ainsi qu'une nouvelle manifestation, à Kourou, mardi. Dans la journée de lundi, on notait des intimidations de la part d'hommes du collectif, envers des commerçants qui avaient décidé de rester ouverts malgré l'appel lancé par le collectif ainsi que des élus.

Le 28 mars, le département avait connu « la plus grosse manifestation de son histoire », selon la préfecture même. On comptait ainsi plus de 15 000 manifestants à Cayenne et Saint-Laurent-du-Maroni, les deux plus grandes villes de ce territoire qui ne compte que 250 000 habitants.

Cette demande, jugée excessive, a été rejetée par le gouvernement, qui ne veut pas « céder à la facilité et de promettre des mesures et des aides financières d’un montant irréaliste, puis [en] laisser la charge et la responsabilité à un autre gouvernement ». Malgré cet échec, il a toutefois l'intention de maintenir ses engagements concernant notamment la sécurité, la justice et la santé, défendus mercredi en Conseil des ministres.

Onze accords ont malgré tout pu être trouvés. Le collectif a cependant réclamé un droit de contrôle sur l'utilisation des fonds.

La ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts, avait présenté un document en cinq points et espérait pouvoir rentrer prochainement à Paris, à moins de vingt jours du premier tour de la présidentielle. Elle souhaitait rapidement « graver dans le marbre le travail » engrangé « ensemble ». Mais, pour M. Goudet, « la ministre fait comme si elle ne savait pas que nous avons 50 ans de retard, qu’on subit, que nous voyons de la misère dans notre pays. Nous allons lui montrer ».

Le Medef de Guyane a, lui, décidé de « rester solidaire », bien qu'ayant obtenu gain de cause sur la plupart de ses revendications, selon son porte-parole Stéphane Lambert.


Article lié[modifier | modifier le wikicode]


Sources[modifier | modifier le wikicode]


Logo Wikinews
Actualiser la page Actualiser la page
avant Jour précédent

Évènements du 6 avril 2017

Jour suivant avant
  • Page France de Wikinews Page « France » de Wikinews. L'actualité française dans le monde.