France : des militants de Greenpeace dans la centrale de Tricastin

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les quatre réacteurs de la centrale nucléaire du Tricastin

15 juillet 2013. – Des membres de Greenpeace ont pénétré ce lundi matin dans la centrale du Tricastin. À 7 heures 30, les gendarmes confirment qu'une trentaine de militants y ont pénétré.

« Cinq militants ont été interpellés et une vingtaine d'autres sont localisés et sous contrôle », déclare Pierre-Henry Brandet, le porte-parole du ministère de l'Intérieur français. Le porte-parole précise que les arrestations se font en douceur pour la protection des gendarmes et des militants.

EDF précise à 8 heures que 12 personnes ont été interpellées et les gendarmes déclarent que 15 personnes ont été arrêtées. Sur Europe 1, Jean-Vincent Placé, sénateur EELV, salue la détermination des militants et rajoute que « cela montre qu'on rentre dans ces centrales extrêmement dangereuses un peu comme dans une passoire ».

Dans une conférence de presse, EDF annonce que le « système anti-intrusion a fonctionné et bloqué l'accès à la zone nucléaire » et le fournisseur d'énergie rajoute qu'« en aucun cas, les intrus ont pénétrés dans une zone nucléaire, mais seulement à l'extérieur du bâtiment réacteur ».

À 12 heures, Greenpeace précise qu'il n'y a plus que 2 personnes qui seraient même en train d'être délogées. Tous les autres sont en garde à vue à la gendarmerie de Pierrelatte. À 12 heures 30, tous les manifestants au nombre de 25 ont été arrêtés.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Logo Wikinews
Actualiser la page Actualiser la page
avant Jour précédent

Évènements du 15 juillet 2013

Jour suivant avant
    Page
  • Page France de Wikinews « France »
  • de Wikinews.