Fuite radioactive sur le site de Tricastin

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

10 juillet 2008. – 6,25 m3 de liquide contenant de 12g d'uranium par litre ont débordé d'une cuve et pollué l'environnement du site nucléaire du Tricastin. Cela s'est produit dans une usine Socatri (filiale d'Areva) qui est chargée du traitement des effluents uranifères et de la maintenance de matériels contaminés par l'uranium provenant d'Eurodif (usine d'enrichissement d'uranium située sur le même site).

Selon les préfets du Vaucluse et du Drôme, l'accident aurait eu lieu le 8 juillet vers 6h30. Pour l'IRSN, ce serait le 7 juillet vers 23h.

La quantité d'uranium rejetée lors de cet incident est 27 fois supérieure à la limite maximale annuelle fixée par l'arrêté ministériel : 1918 MBq au lieu de 71,7 Mbq. En quelques heures, le rejet radioactif équivaut à 161 fois la limite maximale mensuelle autorisée : 1918 Mbq alors que la limite est de 11,95 Mbq.

La pollution s'est infiltrée dans le sol et s'est également écoulée dans les rivières Auzon et Gaffière (qui se jettent dans le Rhône). D'après Thierry Charles (directeur de la sûreté des usines à l'IRSN), l'uranium n'aurait pas atteint la nappe phréatique.

Par mesure de précaution, la consommation d'eau potable issue de captages privés est interdite à Bollène, Lamotte-du-Rhône et Lapalud ; de même que la pêche et la consommation du poisson sur les rivières Auzon, Gaffière, Mayre Girarde et sur le lac du Trop-Long. L'irrigation agricole avec l'eau de la Gaffière et l'Auzon n'est plus autorisée. La baignade et les activités nautiques sont interdites sur les plans d'eau des Girardes (lapalud), du Baltraces (Bollène) et du Trop-Long.

La CRIIRAD souligne les fréquents dysfonctionnements sur le site du Tricastin (deuxième plate-forme nucléaire en France après La Hague) : « répétition des fuites au niveau des canalisations de rejet (avril et août 2007), des cuves de rétention (octobre 2007) et de la station de traitement de rejet (novembre 2007) traduisent un important manque de maîtrise (tout comme l'oubli en janvier dernier, d'effluents radioactifs dans une cuve de transfert impliquant des failles dans la prévention des risques de criticité) »

La CRIIRAD a annoncé qu'elle déposera une plainte à l'encontre de deux filiales d'Areva qui exploitent le site du Tricastin :

- Socatri ; pour ses rejets radioactifs dans l'environnement

- Areva NC (Cogéma) ; pour ses conditions de stockage dans le sol de plus de 700 tonnes de déchets radioactifs issus des anciennes usines militaires d'enrichissement.

Sources