Coupe du Monde de football de 2010 : la France championne du monde du ridicule selon Michel Hidalgo

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

top-center

Voir aussi


Ensemble des articles sur le sujet
Voir aussi la coupe du monde 2010 sur


Michel Hidalgo

22 juin 2010. – Dans un interview publié ce jour dans Le Bien Public, Michel Hidalgo a prononcé des mots très durs sur le scandale qui secoue l'équipe de France de football à la Coupe du monde en Afrique du Sud. « Il faut que les Bleus arrêtent leur cirque actuel. On ne peut pas refuser de s'entraîner. Que fait le président de la Fédération française ? Aujourd'hui, nous sommes les champions du monde du ridicule ». Il situe le problème au niveau de la Fédération et à celui des joueurs. « C'est devenu un foutoir. C'est consternant », ajoute l'ancien sélectionneur.

« Le vestiaire est une zone à part. Mais que l'entraîneur s'y fasse insulter, ce n'est pas pas possible », poursuit l'intéressé. Les « coups de gueule » existent, « mais là, on ne peut pas laisser passer ça. C'est incroyable et affligeant ». S'exprimant sur le dernier match face au Mexique, « il faut simplement sauver l'honneur […] pour l'instant nous vivons un véritable vaudeville ». Concernant le futur sélectionneur, Laurent Blanc, actuellement pressenti : « Je ne vois pas comment il va pouvoir régler tous les problèmes », conclut-il.

Cquote1.png C'est devenu un foutoir. C'est consternant. link = Coupe du Monde de football de 2010 : la France championne du monde du ridicule selon Michel Hidalgo

— Michel Hidalgo

Lui aussi interrogé, Éric Carrière, ancien international, se considère comme « pris en otage ». « La sélection n'a plus aucune légitimité », déclare-t-il au quotidien bourguignon. Et de confier au sujet de Laurent Blanc : « Je pourrai comprendre qu'il refuse le poste. Maintenant, il a une formidable opportunité de faire évoluer les choses ».

Voir aussi

Source

  • ((fr)) – J.Y. Rouille« Hidalgo : « Un vrai foutoir » ». Le Bien public, page 2n° 15322 juin 2010.