Tour de France 2008 : la « roulette russe » frappe à son tour l'Italien Riccardo Riccò

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Riccardo Riccò

17 juillet 2008. – Christian Prudhomme, patron du Tour de France, avait prévenu l'an dernier : « Il faut que les tricheurs comprennent qu'ils jouent à la roulette russe ». C'est ce qui vient d'arriver pour la troisième fois sur le Tour de France.

C'est l'Italien Riccardo Riccò qui a été victime de cette « roulette russe ». Le coureur a été contrôlé positif à l'EPO à l'issue de la quatrième étape contre-la-montre à Cholet. Cette affaire porte donc à trois le nombre d'exclusions du Tour de France pour dopage à l'EPO.

Saunier Duval retire son équipe

Riccardo Riccò avait remporté deux étapes, à Super-Besse et à Bagnères-de-Bigorre. À l'issue de la dernière étape, il était neuvième au classement général, à 2 minutes et 29 secondes du maillot jaune. Il a été arrêté par la gendarmerie alors qu'il était sur son vélo, au départ de la 12e étape Lavelanet-Narbonne. À la suite de cette arrestation, la formation Saunier Duval a décidé de quitter immédiatement le Tour de France. Le directeur de la formation espagnole, Matxin Fernandez, a indiqué « C'est une décision de l'équipe et non une décision dictée par ASO (…) Riccardo est notre leader et nous ne pouvons pas faire comme si rien ne s'était passé. Nous suspendons nos activités jusqu'à ce que nous comprenions ce qui s'est passé ». Ceci constitue un très rude coup pour cette formation, qui s'était particulièrement illustrée dans les étapes de montagnes. Sept coureurs évoluaient encore dans l'équipe au moment du retrait, dont l'Italien Leonardo Piepoli et l'Espagnol Juan Jose Cobo, huitième au général.

Quant au coureur, il a été interpelé sous les huées du public, puis placé en garde à vue dans les locaux de la Gendarmerie de Foix.

Ce n'est pas la première fois que l'équipe a maille à partir face à ce problème. Un autre de ses coureurs, Leonardo Piepoli, avait été contrôlé positif au salbutamol lors du Giro 2007. Cette substance est présente en France notamment dans les médicaments traitant l'asthme, comme la Ventoline. Piepoli avait échappé aux sanctions en produisant une autorisation d'usage thérapeutique. Le salbutamol, figurant sur la liste des produits illicites, est assez prisé par certains sportifs afin d'augmenter leur capacité respiratoire.

Un coureur pisté par L'AFLD

L'AFLD a déclaré à l'AFP que « l'Italien faisait partie des coureurs dont les paramètres sanguins avaient semblé suspects après analyse des prélèvements des 3 et 4 juillet ».

Plusieurs observateurs se sont étonnés, auparavant, de son hématocrite anormalement élevée qui, selon l'intéressé, était d'origine naturelle. Ceci avait été attesté par l'UCI, ce qui lui permettait de participer aux courses avec, à la clef, toute une série d'examens médicaux.

Réactions de l'UCI

Réagissant à chaud, Pat McQuaid, président de l'UCI s'est déclaré choqué avant d'ajouter qu'on « pourrait penser que quelqu'un a conseillé à ces coureurs de prendre une forme d'EPO dont on pensait qu'elle était indétectable parce que cela faisait longtemps qu'on n'avait pas attrapé des coureurs de cette façon ».

Réactions au sein du Peloton

Plusieurs coureurs du peloton ont eu des mots particulièrement durs vis à vis de ces affaires. Romain Feillu (Agritubel) a notamment confié à l'Équipe : « J'ai entendu parler qu'un nouveau truc existait, qui était soi-disant indétectable. C'est donc une bonne nouvelle. Si les contrôles marchent et qu'on voit que c'est le seul à l'utiliser, c'est positif. De toute façon, Ricco c'était quelqu'un d'arrogant, qui n'était pas apprécié dans le peloton. Maintenant, cela va peut-être rouler moins vite ».

Stuart O'Grady (CSC) n'y va pas par quatre chemins : « Pour moi, on doit les interdire à vie. Ils peuvent aller travailler ailleurs, faire n'importe quel métier, au lieu de pourrir le vélo… »

Même son de cloche parmi les directeurs sportifs. Ainsi Marc Madiot stigmatise de telles attitudes : « Dehors ! Toutes les années, il y a un discours, il y a des règles du jeu. On ne va pas s'appesantir sur un mec qui se fait attraper. Dehors les tricheurs ! »

Voir aussi : la série « Dopage dans le cyclisme »


Sources


  • Page Cyclisme de Wikinews Page « Cyclisme » de Wikinews. L'actualité cycliste dans le monde.