Syrie : comment Poutine a sauvé Assad, Obama et Hollande

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dans le contexte d'une guerre civile qui aurait fait plus de 100000 morts, la Russie crée la surprise avec sa proposition et redistribue les cartes sur la question syrienne.

11 septembre 2013. – Un coup de maître. Voilà comment l'on pourrait résumer l'action de la Russie dans le dossier syrien ces dernières heures. Vladimir Poutine vient d'obtenir un succès diplomatique comme il y en a rarement. Par une seule proposition, il parvient à repousser indéfiniment l'hypothèse de frappes par les occidentaux, à conserver l'influence de son pays dans le Moyen-Orient, à conserver Bachar el-Assad à la tête du régime, à sauver Barack Obama d'une éventuelle défaite au Congrès, à dépêtrer François Hollande d'une situation chaque jour plus confuse et surtout à faire passer la proposition russe comme une avancée majeure visant à éviter la guerre.

Une idée de John Kerry

L'idée ne provient pourtant pas de la Russie, lundi soir le secrétaire d'État américain, John Kerry, en répondant aux questions des journalistes, déclare que la seule voie restante à la Syrie pour éviter les frappes est de donner l'intégralité de son stock d'armes chimiques à la communauté internationale et de s'engager à le détruire. Le département d'État américain a par la suite fait savoir qu'il ne s'agissait aucunement d'une proposition et insistait sur le caractère « hypothétique » de la déclaration.

Mais moins de 2 heures plus tard cette même proposition est reprise par le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov. Au même moment le ministre syrien des affaires étrangères, Walid Mouallem, est présent au Kremlin et déclare accueillir « favorablement » l'initiative russe.

Ensuite, l’emballement international a fait son œuvre ; d'abord, à LondresDavid Cameron trouve la proposition « particulièrement bienvenue » puis à l'ONUBan Ki-moon a appuyé la proposition russe en proposant la création de zones tampons pour la destruction des armes chimiques. Ne voulant pas perdre la face, les administrations américaine et française ont déclaré étudier la proposition tout en mettant l'accent sur le fait que cette proposition était le résultat de la pression exercée par la France et les États-Unis ces dernières semaines.

Finalement tout le monde s'y retrouve

Mais il faut bien l'admettre, personne ne s'attendait à une telle proposition de la part de la Russie après un G20 de Saint-Pétersbourg très refroidi par la question syrienne. Cette proposition a le mérite de rebattre les cartes et de donner à Barack Obama et François Hollande une porte de sortie. Du côté américain les élus démocrates sont soulagés d'échapper à un vote au Congrès dont l'issue était plus qu'incertaine ; Barack Obama affirmant même qu'il « a été élu pour mettre fin aux guerres pas pour en commencer » et admettant ne pas avoir réussi à convaincre sur l'utilité d'une intervention. D'après le dernier sondage de CNN 59 % des Américains se disent opposés à l'idée d'une intervention militaire en Syrie. Du coté français, c'est toute la classe politique qui se félicite de cette situation, le président de l'UMP, Jean François Copé déclarant qu'il s'agit d'une « lueur d'espoir dans un ciel sombre ». Mais c'est Jean-Luc Mélanchon le président du Parti de Gauche qui est le plus critique envers le président de la république en ironisant sur la porte de sortie donnée au « petit Hollande ». Le ministre des affaires étrangères s'est lui félicité de cette proposition russe en précisant qu'elle était le résultat de la fermeté de la France vis à vis du régime syrien.

Cette proposition permet également à la Russie de conserver toute son influence dans cette zone avec son allié Bachar el-Assad. La problématique d'une intervention occidentale en Syrie mettait la Russie à l'écart perdant coup sur coup son allié et tout potentiel d'influence sur la zone après la chute du régime. Mais ce coup diplomatique est également une prise de conscience de la Russie sur ses capacités militaires actuelles. En effet, la marine russe ne ferait pas le poids face à leurs homologues occidentales malgré l'envoi de plusieurs navires supplémentaires sur la zone ces derniers jours.

La question de la mise en œuvre reste en suspens

Reste désormais à savoir comment mettre en œuvre cette destruction d'armes chimiques estimés à 1000 tonnes selon les services de renseignements français. Les experts s'accordent à dire que cette opération sera des plus difficiles : d'une part, la guerre civile actuelle complique sérieusement toute intervention des inspecteurs de l'ONU pour récupérer ces armes ; et d'autre part, rien ne certifie que la Syrie ne cherche pas à gagner du temps comme l'avait fait Sadam Hussein en Irak. Cette dernière hypothèse est la plus vraisemblable selon les États-Unis vu les mouvements des armes chimiques sur le territoire syrien. Les experts précisent qu'il faudra plusieurs mois pour localiser les armes et parvenir à les récupérer.

Mardi soir devait avoir lieu un conseil de sécurité à l'ONU afin de préciser les conditions et modalités de cette récupération des armes chimiques sur demande des Russes. La France devait à cette occasion présenter un projet de résolution afin de fixer un cadre précis. Cette résolution se voulait contraignante envers la Syrie avec notamment une demande d'adhésion « rapide » de la Syrie à la Convention sur l’interdiction des armes chimiques de 1993 et un démantèlement de l'arsenal chimique syrien. Le projet français prévoit également l'usage de la force dans le cas où Damas ne respecterait pas les obligations mentionnées dans le texte. Moscou s'est opposé à ce projet en le qualifiant « inacceptable » et a demandé le report sine die du conseil de sécurité prévu. Pour sa part la France tiendra ce mercredi matin un conseil de défense au palais de l'Élysée.

À la suite de ce report, Barack Obama affirme que « ne pas faire barrage aux armes chimiques encouragerait l'Iran dans ses menées » et assure que « même une frappe limitée ferait passer un message fort à Assad ». Il souligne également les progrès dans le domaine diplomatique mais qu'il est encore trop tôt pour savoir si le plan russe sera un succès et c'est la raison pour laquelle il a demandé à son armée de rester prête à intervenir.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]


Logo Wikinews
Actualiser la page Actualiser la page
avant Jour précédent

Évènements du 11 septembre 2013

Jour suivant avant