Québec : le syndicat de la fonction publique du Québec appuie le projet de charte des valeurs québécoises du gouvernement Marois

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le crucifix de l'assemblée nationale, qui orne au-dessus de la chaise du président de l'assemblée, a été installé en 1936 par Maurice Duplessis.

11 septembre 2013. – Le syndicat de la fonction publique du Québec, qui regroupe plus de 42 000 membres à travers les instituts publics et parapublics québécois, se rallie à la charte des valeurs québécoises que le ministre Bernard Drainville a dévoilée hier.

Selon Lucie Martineau, présidente du SFPQ, les propositions du gouvernement Marois sont le reflet d'une « volonté exprimée à plusieurs reprises par les syndiqués du SFPQ afin que le Québec se dote d'une charte de la laïcité de l'État ». En procédant à plusieurs consultations et forums de discussion sur la place que doit occuper la religion au sein des institutions publiques et parapubliques au cours des six dernières années, Lucie Martineau a expliqué aux différents médias québécois qu'il existe bel et bien un malaise chez les fonctionnaires face aux accommodements raisonnables et que celui-ci occasionne plusieurs problèmes. De plus, le SFPQ exige que le crucifix de l'assemblée nationale, installé sous le gouvernement Duplessis, soit lui aussi retiré.

xpx Le gouvernement du Québec doit définir des balises claires en ce qui a trait aux accommodements religieux, au port de signes religieux ostentatoires par des représentants de l'État et ainsi renforcer le caractère laïque de l'État québécois. xpx

— Lucie Martineau, présidente du SFPQ

Sources[modifier | modifier le wikicode]


Logo Wikinews
Actualiser la page Actualiser la page
avant Jour précédent

Évènements du 11 septembre 2013

Jour suivant avant