Lula se considère trahi et demande pardon au peuple brésilien

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Brasília - Le President Lula fait une allocution à l'ouverture de la réunion ministérielle à Granja do Torto. Foto: Ricardo Stuckert/PR

15 août 2005. – Le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva s'est adressé à la nation vendredi dernier. Le discours a précédé la 11e réunion ministérielle de son mandat, à laquelle il a pris part.

Après avoir exalté les progrès de son administration, le président a commencé à parler de la grave crise politique qui a surgi avec les dénonciations de corruption, et qui menacent son gouvernement.

Il a déclaré être « conscient de la gravité de la crise politique qui compromet tout le système brésilien ».

Le président a rappelé sa participation à la création du Parti des Travailleurs (PT) en 1980, qui avait pour objectif d'augmenter la moralité et « de rendre le processus électoral plus honnête ». Lula a déclaré être toujours fidèle à ses idéaux de moralité et s'est senti trahi :

« J'ai aidé à créer ce parti (le Parti des Travailleurs). J'ai concouru à trois élections présidentielles et ai gagné la quatrième en étant toujours fidèle à ces idéaux. Je veux vous dire, avec toute franchise, que je me sens trahi. Trahi par les pratiques inacceptables dont je n'avais connaissance. Je suis indigné par les révélations qui apparaissent chaque jour. Le PT (Parti des Travailleurs) a été justement créé pour fortifier l'éthique dans la politique et pour lutter à côté du pauvre peuple et les classes moyennes de notre pays. Je n'ai pas changé et, je suis sûr, la même indignation que je ressens est partagée par la grande majorité de tous ceux qui nous ont accompagnés dans ce parcours. »

Le Président a dit que s'ils étaient à sa portée, il aurait déjà identifié et puni de manière exemplaire les responsables de cette situation. Il a détaché le travail de la Police Fédérale dans son gouvernement et il a dit que le Congrès National et la Judicature accomplissent chacun sa partie.

Lula a dit que son gouvernement va travailler pour que tous les coupables soient traduits en justice et a également signalé qu'il collaborera avec les enquêteurs pour éloigner immédiatement tous les parvenus. Il défend une réforme politique pour éviter que des cas similaires ne se reproduisent dans l'avenirr.

Les ministres ont été invités, ainsi que les politiciens de l'opposition, les travailleurs, les entreprises et toute la société à « se retrousser les manches » et « redoubler d'efforts » pour éviter que la crise politique ne menace l'économie brésilienne. Lula a demandé à ses ministres qu'ils travaillent plus : « Si actuellement vous, messieurs et mesdames les ministres, vous travaillez jusqu'à 11 heures du soir, travaillez un peu plus, jusqu'à minuit, une heure du matin, parce que nous savons que nous en faisons déjà beaucoup, mais nous devons en faire plus car le Brésil a besoin de nous ».

À la fin de son discours, le président s'est excusé : « (...) je n'ai aucune raison de dire au peuble brésilien que nous devons nous excuser. Le PT doit demander des excuses. Le gouvernement, le doit également... »

Lula a demandé aux Brésiliens qu'ils ne perdent pas l'espoir et a affirmé qu'il était au moins autant indigné qu'eux. Il conclut le discours en disant qu'il est sûr de pouvoir compter sur l'appui du peuple.

Des parlementaires brésiliens commentent un putsch de Lula

Le putsch du président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva du vendredi 12 août a été suivi avec attention par quelques parlementaires brésiliens.

Le sénateur du Parti des Travailleurs (PT) et un ex-ministre de l'Éducation de l'actuel gouvernement, Cristovam Buarque, a qualifié le discours du Président Lula dans une chaîne de rayon et de télévision de « frustrant ».

Le sénateur pense que Lula aurait dû faire une déclaration comme quoi il ne participera pas à la prochaine élection, en 2006 : « C'est uniquement de cette manière qu'il pourrait changer le cours des choses. Le peuple a le droit d'être indigner ; en plus de s'indigner, Lula a le devoir de montrer le chemin » a déclaré Crisocam Buarque.

Le sénateur a dit qu'il a considéré le discours de « frustrant » parce que le Président est resté « regarder droit dans les yeux de son peuple » . Il croit que Lula n'a pas abordé le sujet principal qui est s'il avait eu ou non connaissance du schéma de corruption, en plus de ne pas avoir établi d'une claire forme une ligne de l'action à suivre par le gouvernement.

Pour le sénateur Cristovam Buarque la crédibilité du gouvernement Lula s'est terminée.

D'autres sénateurs du Parti des Travailleurs (PT) ont aussi commenté le putsch du président.

La sénatrice Ideli Salvatti (PT) a dit que le discours de Lula a été une démonstration « contondante » de l'indignation et de l'intention de punir les participants. La sénatrice a affirmé que le discours de Lula s'adressait plus aux ministres et elle espère que le président fera un autre putsch, cette fois pour le peuple Brésilien.

Pour le député José Eduardo Cardozo (PT) Lula « a renforcé son compromis avec l'éthique » et défendre le Parti des Travailleurs représente aujourd'hui « purifier la vérité et exclure celui qu'il a manqué ».

Pour le Sénateur Luiz Otávio (PMDB), le putsch fait par le Président Lula a àtà caor et tranquille.

Le député Gustavo Fruet (PSDB), qui est sub narrateur de l'une des Commissions Parlementaires d'Interrogatoire a dit que Lula a perdu l'occasion de donner une réponse plus dure aux plaintes et s'est référée à son putsch comme plutôt une cartouche perdue.

Pour le sénateur Arthur Virgílio (PSDB) le discours de Lula ont été « tu pardonnes au vent ». Virgílio a dit :

Le Président n'a pas regardé dans les yeux des téléspectateurs, n'a pas parlé pour la Nation à une sincérité, n'a pas remarqué corrompus, n'a rien fait, à ne pas être d'essayer de gagner un temps. C'était la pièce la plus grossière et plus indigne de l'histoire brésilienne que j'ai été témoin prononcer un président. Le monsieur n'a pas regardé dans l'oeil. Dans la fois unique dans laquelle il a essayé de regarder vers l'oeil du téléspectateur, il a regardé vers le toit. Il est un président qui fuit du regard des brésiliens. Avec beaucoup le Maquillage, il a essayé de tromper la population, en laissant croire que la corruption qui a le peuple indigné, n'est pas pratiquée avec sa connaissance, dans ses barbes, par son propre gouvernement. Il a déçu parce qu'il n'a pas montré le courage, l'audace et la sincérité à laquelle il s'attend du premier mandataire d'une Nation.

Pour le sénateur José Agripino (PFL) les excuses du président ont été « de la bouche pour dehors ».

Agripino j'ai créé que Lula se déplace en direction de la fin et qu'il a perdu une occasion de s'expliquer avec avec l'opinion publique et d'acquérir nouvellement sa dignité. Il a dit que Lula a préféré ne pas citer de noms parce qu'il a peur de, plus au front, entendre de ceux-ci : « Vous m'avez remis, mais vous étiez l'un de nous, il connaissait tout ». Le sénateur a dit qu'il est précis de porter les investigations jusqu'à ses dernières conséquences, « une douve qui fait mal, arrive celui à qui je suis arrivé ».

José Agripino a ajouté :

S'il y avait une constatation de crime électoral ou tout autre type de crime où la punition est l'empêchement de l'ordre, nous aurons à arriver aux alentours d'une détermination légale. Si les évidences mèneront à un crime électoral ou à un type de crime dont la pénalité est l'empêchement du président, nous non hesitaremos dans arriver là-bas.

Sources