Suisse : le président du conseil d'administration de La Poste démissionne

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bâtiment du siège de La Poste à Berne

19 janvier 2010. – Claude Béglé a annoncé ce mardi soir avoir remis sa démission de président du conseil d'administration de La Poste Suisse au Conseil fédéral[1]. Selon son avocat, il a pris cette décision à la suite des « attaques inqualifiables » et à la campagne de « diffamation publique » menée contre lui depuis quelques semaines.

Intervenant sur les ondes de la Radio suisse romande quelques minutes après l'annonce, il a affirmé avoir agit ainsi pour le bien de l'entreprise et afin que le débat puisse se dépersonnaliser, tout en assurant continuer de penser que sa stratégie était la bonne. Il avait en effet, depuis la fin de l'année précédente, lancé plusieurs propositions pour assurer le maintien du service public, parmi lesquelles l'idée de développer les activités de La Poste à l'étranger ou le refus de suivre la direction sur la fermeture des petits bureaux de poste. S'il admet « avoir voulu aller trop vite » dans ses réformes, il déplore également qu'« au lieu de se concentrer sur les idées, on a tiré sur la personne ».

Ministère de tutelle de La Poste, le Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) a indiqué dans un communiqué que le Conseil fédéral « évoquera mercredi la situation de La Poste après le retrait de M. Béglé ».

Dès l'annonce de ce départ, les réactions politiques ne se sont pas faites attendre. Si le Parti socialiste suisse espère que le prochain président connaisse mieux les mécanismes et le contexte politique suisse, le président du Parti démocrate-chrétien Christophe Darbellay décrit cette démission comme étant « le résultat d'une campagne de haine à son plus bas niveau », menée par d'anciens responsables de La Poste. Enfin, le président de l'Union démocratique du centre Toni Brunner rend Moritz Leuenberger, ministre en charge du DETEC, responsable de ce qu'il estime être « une débâcle ».

Voir aussi

Notes et références

  1. Une copie de sa lettre de démission est disponible à l'adresse http://static.tdg.ch/BEGLE.pdf.

Sources



  • Page Suisse de Wikinews Page « Suisse » de Wikinews. L'actualité suisse dans le monde.