Royaume-Uni : un scandale financier pousse le ministre de la Justice à la démission

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

17 mai 2009. – Le ministre britannique de la Justice a présenté sa démission, vendredi, à la suite des scandales financiers qui l'ont éclaboussé et dans l'attente des résultats d'une enquête. L'intéressé est décrit comme l'une des étoiles montantes au sein du Parti travailliste puis est devenu, en 2005, le premier musulman né en Grande-Bretagne a être élu un membre du Parlement puis membre du gouvernement.

L'affaire a été révélée par la presse britannique et portait sur le remboursement 66 827 £ de frais concernant sa résidence secondaire tandis qu'il payait à bas prix un loyer mensuel de 100 £ pour sa résidence principale à Londres. En outre, il se serait fait rembourser les frais d'acquisition d'un fauteuil à massages pour 730 £, dépense justifiée selon l'intéressé.

Un porte-parole de Gordon Brown, Premier ministre de Sa Majesté, a notamment indiqué que « dans l'attente des résultats de cette enquête Shahid Malik quittera ses fonction » jusqu'à la fin de l'enquête.

Vendredi, le Premier ministre britannique a demandé à Sir Philip Mawer, de superviser l'enquête concernant les allégations révélées par le quotidien « le Daily Telegraph ».

De son côté, le leader de l'opposition, David Cameron, chef du Parti conservateur, lequel devrait remporter, en toutes hypothèse, largement les prochaines élections générales, a reconnu le besoin d'une refonte du système tout entier.

Le scandale a éclaté à la suite de la publication dans le quotidien britannique, le « Daily Telegraph », des copies de toutes les factures concernant les dépenses des membres du Parlement. Ceci devrait continuer au cours des deux prochains mois, dans le cadre du Freedom of Information Act.

Un certain nombre de pages a été publié chaque jour pour révéler les détails sur la manière dont est dilapidé l'argent des contribuables. Ainsi, il a été mis en évidence l'utilisation du système, sous la dénomination de « frais de restauration » pour la rémunération des membres du gouvernement et de la Chambre des représentants pour les dépenses liées à l'exercice de fonctions gouvernementales. Ces notes de frais concernaient notamment l'achat de coussins de soie, des aménagements de jardins, ainsi que l'achat d'aliments pour chiens.

Sources


  • Page Royaume-Uni de Wikinews Page « Royaume-Uni » de Wikinews. L'actualité britannique dans le monde.