République centrafricaine : l'ONU dénonce des crimes contre l'humanité dans le pays

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher
Flag of the Central African Republic.svg
Carte de la Republique centrafricaine

9 janvier 2015. – L'Organisation des Nations unies (ONU) a dénoncé des crimes contre l'humanité et un « nettoyage ethnique » lors des affrontements entre chrétiens et musulmans durant les dernières années, en République centrafricaine. Depuis janvier 2014, une commission des Nations unies enquête sur les violences qui ravage ce pays africain, de plus de 5 millions d'habitants. Cette commission estime que ce conflit a fait « des milliers de morts », environ plus de 6 000, et fixe comme objectif final de « mettre fin à l'impunité » de la violence.

L'ONU estime « que des violations des droits de l'homme ont été commises par toutes les parties » dans le pays et le rapport final, contenant plus de 127 pages, a été transmis au Conseil de sécurité des Nations unies en décembre 2014 pour décider d'une éventuelle intervention internationale. Cependant l'ONU n'emploie pas le terme de « génocide » dans son rapport. Elle précise également que « La coalition Séléka et les (milices) anti-balaka sont aussi responsables de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité ». Le rapport détaille une longue série de crimes commis en République centrafricaine : viols, meurtres, recrutement d'enfants-soldats, torture, incendies d'habitations.

Le rapport ne donne pas de chiffre exact des victimes de ce conflit mais précise que selon « Les diverses estimations disponibles vont de 3 000 à 6 000 tués mais la commission considère qu'elles ne rendent pas pleinement compte de l'ampleur des tueries ».

Le Conseil de sécurité avait décidé en avril 2014 d'envoi de 12 000 Casques bleus sur le territoire de la République centrafricaine, déchirée par des graves violences entre l'ex-rebellion Séléka à majorité musulmane, qui avait pris le pouvoir en mars 2013 avant d'être évincée en janvier 2014, et les milices anti-balaka en majorité chrétiennes. La République centrafricaine se trouve aujourd'hui dans une situation sécuritaire et alimentaire très instable.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Logo Wikinews
Actualiser la page Actualiser la page
avant Jour précédent

Évènements du 9 janvier 2015

Jour suivant avant