Interview de Juana Bustamante, survivante chilienne du séisme à Paniahue

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Logo des interviews de Wikinews-FR

Cet article est une interview accordée par Diego Grez
à Juana Bustamante, le 2 avril 2010.
Dans cette interview, les liens internes redirigent vers des articles de Wikipédia.
Les questions et les réponses n'engagent que les protagonistes.
Juana Bustamante.

7 avril 2010. – Diego Grez, correspondant de Wikinews au Chili, a interviewé Juana Bustamante, survivante du séisme qui a détruit sa maison à Paniahue, dans la commune de Santa Cruz. Mme Bustamante lui a raconté son attitude lorsque la catastrophe s'est produite. Son domicile s'est effondré alors qu'elle se trouvait au deuxième étage. Le premier étage a presque entièrement disparu.

Interview

Interview vidéo avec Juana Bustamante. Lire en basse qualité
Source : Diego Grez.
Diego Grez : Où habitez-vous désormais ?
Juana Bustamante : Nous vivons dans des tentes que l'armée nous a données. Il y a 22 familles ici [dans la cour], et là-bas, près des pruniers, il y en a 22 autres, en plus de celles qui vivent dans l'école, et des quelques-unes qui vivent [là-bas] de l'autre côté.
Diego Grez : Combien de familles ont perdu leur maison, à votre avis ?
Juana Bustamante : Il y a apparemment environ 365 familles. Toutes sont sans domicile.
Diego Grez : Que va-t-il se passer pour les appartements ?
Juana Bustamante : Je ne suis pas sûre. C'est une telle honte. Imaginez la douleur de voir votre maison totalement détruite et de devoir vivre dans la cour. C'est terrible.
Diego Grez : Est-ce que le maire, Mr. Héctor Valenzuela, vous a aidé ?
Juana Bustamante : Non, il ne nous a pas aidés. Il sait que des tonnes de rats sortent des égouts là-bas. Il y a quelques jours, quelqu'un lui a parlé de cette situation. Il a ri et a dit : « Je verrai plus tard ce que je peux faire. » Voyez-vous comment l'eau s'est étendue partout dans la rue ? Valenzuela a dit que les bâtiments devaient d'abord être détruits avant qu'ils ne puissent nous donner des habitations provisoires (mediaguas).
Diego Grez : Merci du temps que vous m'avez accordé. Nous espérons tous que vous pourrez bientôt retourner chez vous.
Juana Bustamante : Merci pour cette interview, qui va montrer au monde ce qu'il arrive aux gens normaux, aux gens pauvres. Merci encore.

Galerie

Source



Wikinews
Cet article contient des éléments de journalisme de première main rédigé par un membre de Wikinews .
Ces articles peuvent être traduits en utilisant le Réseau de Traduction des Sources Primaires (WORTNET).