Gilets jaunes : mardi 18 décembre 2018

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimedia :

18 décembre 2018. – Cette journée des « gilets jaunes » du mardi 18 décembre 2018 est la 32ème journée qui fait suite à la journée du 17 décembre, et tout au début, celle du samedi 18 novembre 2018.

Dans la nuit de lundi à mardi, à Limay (Yvelines), une personne extérieure au mouvement a frappé un Gilet jaune qui a été transporté dans un état d’urgence absolue à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne).

Dans l'après-midi, les Gilets jaunes ont démantelé eux-même leurs installations, avant l'arrivée des policiers. Des toilettes venaient d'être aménagées.

Pendant le démantèlement, une journaliste reporter de france3, Marion Banchais, est arrivée et s'est présentée mais est traitée de « menteur », « vendus » et c'est parti dans les insultes : tout le monde était au courant de l'affaire de la pancarte effacée « Macron dégage ». Depuis la « Manif pour tous », on est désormais souvent accompagné par des agents de sécurité qui doivent nous protéger, mais pas cette fois. S'éloignant pas loin de son confrère rédacteur, elle a été frappée à la tempe avec une queue de billard par un individu qui s'est « barré » et que les Gilets jaunes présents sur place ne connaissent pas. Ils ont immédiatement porté secours à la journaliste. Elle a été hospitalisée et a reçu trois jours d'ITT.

Dans la nuit de lundi à mardi, deux à trois cabines de la barrière de péage de Bandol, sur l'autoroute A50 qui relie Marseille à Toulon, ont été incendiées, et dix-sept personnes ont été mises en garde à vue.

Vers 5h20, un radar automatique a été incendié sur la commune de Pinas (Hautes-Pyrénées).

Cette journée de mardi a été marquée par l'expulsion des Gilets jaunes de plusieurs ronds-points en France.

Dans la nuit de lundi à mardi, en Saône-et-Loire, plusieurs baraquements de Gilets jaunes ont été détruits, notamment à Mâcon, Montchanin, Dracy-Saint-Loup et Montceau-les-Mines.

Vers 6h, à Honfleur (Haute-Normandie), les agents de l'ordre ont expulsé les Gilets jaunes du rond-point de Saint-Sauveur. Leur cabane a été détruite, mais revenu sur les lieux, les Gilets jaunes en ont reconstruit une à midi.

À Saint-Etienne-du-Rouvray (Haute-Normandie), les agents de l'ordre ont expulsé les Gilets jaunes du rond-point des Vaches, après déjà plusieurs évacuations. Le rond-point du Zénith et de la Motte ont également été évacués.

Dans les Côtes-d'Armor, les agents de l'ordre ont expulsé les Gilets jaunes à Lannion, Quévert, Guingamp et Saint-Brieuc. Une cabane de restauration et un dortoir en bois ont été détruits.

À Pontivy, les agents de l'ordre ont expulsé les Gilets jaunes du rond-point du Gohélève.

Les agents de l'ordre ont expulsé les Gilets jaunes à Quimper (Finistère), de trois ronds-points en Gironde et de trois principaux barrages à Calais.

Vers 6h10, selon un sondage Odoxa réalisé jeudi 13 et vendredi 14 décembre, la cote de popularité d'Emmanuel Macron est à 27% et celle d'Édouard Philippe à 31%.

Vers 7h40, Benjamin Cauchy, porte-parole des « Gilets jaunes libres », estime que la « concertation nationale » promise par le gouvernement doit « mettre tout sur la table y compris les flux migratoires et l'immigration ». Si ce thème était absent, il refusera de participer.

Vers 8h45, sur LCI, le sénateur LR Bruno Retailleau a dit regretter que l'immigration ne soit pas un thème à part entière du grand débat local.

Vers 9h50, la société d'autoroute Sanef a annoncé qu'elle ne fera pas payer les conducteurs passés gratuitement aux péages grâce aux opérations barrières levées des Gilets jaunes.

À Biarritz, en marge de la préparation du G7 2019, une étudiante, Lola, a eu la mâchoire fracturée par un tir de flash-ball et a été transportée à l’hôpital. Deux personnes ont été placées en garde à vue.

Vers 15h00, le site internet Gilets Jaunes Fâchés pas Fachos a partagé un article du journal Le Dauphine qui rapporte que l'union départementale CGT Vaucluse a indiqué avoir rencontré le lundi 17 décembre les Gilets Jaunes surnommés « Fâchés pas Fachos ». Ils ont réaffirmé leur lutte contre les idées d'extrême-droite.

Vers 15h20, un amendement est proposé par le gouvernement à l’Assemblée nationale pour que 111.000 policiers et gendarmes reçoivent une prime de 300 euros soit au total, 33 millions d’euros. Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner a affirmé vouloir payer la dette des 275 millions d'euros d'heures supplémentaires dus aux policiers. Les 5 000 employés de préfecture recevront 200 euros pour leurs services rendus lors des manifestations des Gilets jaunes. Le budget 2019 pour la sécurité a été augmenté de 335 millions d'euros, atteignant 13,1 milliards d'euros. Les effectifs des policiers et gendarmes vont augmenter de 2 500 nouveaux postes en 2019 pour un total de 10 000 nouveaux postes d’ici à 2022 assure Christophe Castaner. Pour les lieux de vie des policiers et gendarmes, 300 millions d'euros ont été budgétisés. Le nombre de véhicules neufs en 2019 sera de 5 800 et 14 000 caméras piétons seront déployées en zone police en 2019.

Vers 17h20, finalement, la société Vinci Autoroutes a annoncé qu'elle ne va pas envoyer la facture aux automobilistes « qui n’ont pas pu s’acquitter de leur péage » du fait des opérations "péage gratuit" des Gilets jaunes.

Vers 18h00, l'Insee a abaissé sa prévision de croissance pour 2018 à 1,5%, l'activité ayant été pénalisée par le climat des affaires et le mouvement des « Gilets jaunes » au dernier trimestre. La prévision de croissance pour le dernier trimestre est passée de 0,4 à 0,2%, dont 0,1 point en moins du aux Gilets jaunes.

Vers 18h12, sur LCI, Benjamin Cauchy a appelé à participer samedi à l' « Acte VI » avec Jacline Mouraud, Cédric Guémy et Cédric Delaire.

Vers 18h15, pour Christophe Barré, ce que révèle cette crise des Gilets jaunes c'est une classe moyenne déclassée, des catégories de travailleurs pauvres, pour reprendre ce qu'a dit Christophe Guilluy, on avait l'idée d'une France très urbaine, avec une marge qui était limitée aux banlieues, des minorités immigrés, il y a 60% de pauvres qui habitent ailleurs en France, c'est cette France là qui est en train de montrer son visage.

Patrice Gueniffey a affirmé que le patronat allemand se réjouit de l’intégration des migrants en Allemagne qui se donne une masse de mains d’œuvre peu qualifiée mais à très bas coût qui permet de maintenir un niveau de salaire bas, que la patronat français réclame aussi. Les Gilets jaunes sont ceux qui sont pénalisés par cette situation, parce qu'ils sont habitués à un niveau de rémunération et de protection social qui suppose des investissements beaucoup plus importants et qui ne peut pas supporter la concurrence. Donc ils sont condamnés à la paupérisation et à la marginalisation dans les années qui viennent.

Vers 19h00, répondant à une question du sénateur PS de Paris, David Assouline sur le grand débat lancé par Emmanuel Macron en réponse aux gilets jaunes, le ministre et porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux a affirmé que « la question de l’immigration était présente sur ces ronds points. Ne pas la traiter dans ce grand débat national serait faire la politique de l’autruche ». David Assouline a dit mettre « en garde le gouvernement, si on met en débat (le sujet de l’immigration) au cœur des municipalités. Le gouvernement a joué avec le feu ».

À Puyricard (Bouches-du-Rhône), pendant la réunion entre le député Mohamed Laqhila (MoDem-LaREM) et trois Gilets jaunes du péage de la Barque (A7), un des Gilet jaune aurait affirmé que les députés étaient tous des guignols. Mohamed Laqhila se leva et leur répondit que « le guignol leur demandait de sortir. Les guignols, ils pouvaient aller les faire sur les ronds points ». C'est pas 10 000 guignols qui vont nous arrêter dans notre démarche.

Sur le réseau autoroutier et sur décision préfectorale, plusieurs échangeurs d'autoroutes ont encore été partiellement ou complètement fermés non loin des 60 actions des Gilets jaunes, notamment :

  • l'A7 à Avignon Nord, Orange Sud et Bollène;
  • l'A9 est fermée à Narbonne Sud;
  • l'A51 à Manosque;
  • l'A50 à Bandol;
  • la RN7 à Plan-d’Orgon (un véhicule a été incendié par des jets de fumigènes);
  • l’A29 au Havre;

D'autres autoroutes sont filtrées ou coupées : A1, A4, A13, A16, A26, A29, A344, A7, A9, A20, A61, A62, A63, A66, A645, A83, A87, A89, A709, l’A11, A8, A50, A51, A52, A520 et A27.

Le dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer a été bloqué.

Ce mardi, 141 stations-service ont indiqué être en rupture d’au moins d'un carburant.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Logo Wikinews
Actualiser la page Actualiser la page
avant Jour précédent

Évènements du 18 décembre 2018

Jour suivant avant
    Page
  • Page France de Wikinews « France »
  • de Wikinews.