Flottille à destination de Gaza : les Israéliens rejettent la responsabilité sur le Hamas

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

1er juin 2010. – L'interception, hier, d'une flottille se rendant à Gaza, par la marine israélienne a provoqué de nombreux morts. Cette opération militaire a suscité une réprobation générale dans le monde arabe et occidental. Face à l'indignation internationale, les autorités israéliennes ont donné leur version des faits reproduits dans les agences de presse qui leur sont proches. L'affaire tire son origine du blocus imposé par Israël et l'Égypte. Celui-ci porte sur « l’approvisionnement des marchandises permettant de confectionner des armes ou des constructions fortifiées à usage militaire », lit-on sur Menapress. Bref, lutter contre le trafic d'armes en destination de Gaza, ajoute le quotidien Maariv.

Ainsi, peut-on lire une série d'articles, notamment dans Des Infos.com, expliquant le drame qui s'est déroulé hier. La version des faits varie sensiblement selon que les interlocuteurs se trouvent du côté israélien ou palestinien. Dans un premier article, une vidéo publiée par la marine israélienne indiquerait que des sommations auraient été adressées aux navires. Les militaires affirment, en outre, avoir « été attaqués à coups de couteaux, de barres de fer, de haches et de jets de pierres et enfin par des tirs. » Cette attitude aurait amené les commandos de marine à riposter. « Les navires seront à présent redirigés vers le port d’Ashdod, où, malgré les violences, leur cargaison sera inspectée et transférée à Gaza », ajoute l'auteur de l'article. Jérusalem accuse, en outre, les militants pro-palestiniens d'avoir même utilisé « des bébés répartis sur les bateaux comme boucliers humain selon l’habitude du Hamas, comme il est possible de le voir sur Al Jazeera ».

Cette opération humanitaire a été qualifiée par Jérusalem de provocation de la part d'ONG pro-palestiniennes. Ainsi, Israël aurait opposé une fin de non-recevoir à l'encontre de ce type d'expédition. « Israël avait proposé de débarquer les marchandises transportées à bord dans le port d’Ashkelon et de les acheminer dans la Bande de Gaza après inspection, comme cela se fait sans le moindre problème avec les tonnes de biens envoyés régulièrement par les organisations caritatives dignes de ce nom  » rappelle l'État hébreu. Ce dernier accuse les éléments de flottille « d'être clairement liés au terrorisme – Global Jihad, Al Qaida, le Hamas. » Et rejeter toute la responsabilité sur le Hamas : « Israël déplore qu’il y ait eu des victimes mais ne saurait être tenu pour responsable », lit-on dans un second article de Des Infos.com. De sources israéliennes, cette opération de ces ONG consistait, notamment pour le Hamas, « à établir un pont maritime continu avec Gaza. D’autres navires sont déjà en cours d’affrètement. »

Voir aussi

Sources