Contrat d'achat d'hélicoptères entre la France et le Brésil

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

États membres du Fonds monétaire international.

Les cinq dernier articles
Interprojet
Nicolas Sarkozy et Luiz Inácio Lula da Silva

8 septembre 2009. – La rencontre entre les présidents Luiz Inácio Lula da Silva et Nicolas Sarkozy, s'est terminée, hier, par l'achat de 50 hélicoptères de transport militaire. Ceux-ci seront produits par Helibras, dont la firme française d'Eurocopter détient 76,52 % des actions. En outre, les présidents ont conclu des contrats commerciaux et de financement pour une coopération en matière de sous-marins. La France et le Brésil construiront conjointement quatre sous-marins à propulsion nucléaire.

Le président Lula a déclaré que le partenariat est fondamental pour la stratégie de la défense brésilienne. « Ensembles, nous produiront des équipements qui permettront d'améliorer la capacité technologique au Brésil afin de protéger et de valoriser leurs ressources naturelles. Ceci est un élément clé de la stratégie de défense, que mon gouvernement a approuvé », dit Lula.

Selon le président Lula, le Brésil est dans un projet de défense visant à construire la paix sur le continent ainsi que la confiance, l'intégration et la construction du développement dans la région.

À propos de l'achat de chasseurs français Rafale, il a ajouté que le plus important est le transfert de technologie. « Pour nous, l'avion est très important, mais avoir accès à la technologie afin de produire cet avion au Brésil l'est encore plus. Et c'est ce que nous sommes en train de négocier avec le ministre de la Défense [Nelson Jobim] et le commandant de l'Air Saito Juniti », a déclaré Lula.

Le président n'a pas précisé si l'appel d'offres pour l'achat de l'avion de combat était déjà fermé. Il a indiqua qu'une réunion aura lieu cette semaine avec le ministre de la Défense, Nelson Jobim, et le commandant de la Force aérienne, le brigadier Juniti Saito, pour discuter des détails.

Le président français Nicolas Sarkozy, a déclaré que les deux pays se réuniront pour produire à la fois des avions Rafale et des hélicoptères. « Les négociations commencent », ajoute Sarkozy.

Le ministre des Affaires étrangères, Celso Amorim, s'est confié aux journalistes après l'événement. Il n'a pas non plus confirmé si l'appel d'offres pour l'achat d'avions de chasse a été achevé. « La décision prise a été de négocier avec un fournisseur et ne pas commencer par l'autre », a déclaré M. Amorim. Sont sur les rangs pour le contrat d'achat d'avions, une société suédoise et une entreprise des États-Unis.

Les présidents ont aussi évoqué la crise financière internationale et ont déclaré qu'ils avaient des positions conjointes sur la question. Lula a déclaré que le G20 a un rôle important dans le nouvel ordre mondial vis-à-vis de la crise financière internationale. « Il est devenu évident que le monde ne va pas survivre à une troisième vague de spéculation comme celle que nous avions », dit Lula.

Il a également parlé de la nécessité d'une réforme des institutions comme le Fonds monétaire international (FMI) et Banque mondiale (BM). « Le Brésil ne prête pas 10 milliards de dollars au FMI pour obtenir tout comme avant », dit-il. Pour Lula, ces institutions ne peuvent pas continuer prêter de l'argent et les pays de percevoir des impôts.

« Il ne s'agit pas d'imposer des conditions au prêteur pour prêter de l'argent, mais d'obtenir la garantie du remboursement du prêt » dit-il.

Les deux présidents ont également discuté de la réforme du Conseil de sécurité des Nations Unies. Sarkozy a déclaré qu'il soutient le Brésil dans l'élection d'un siège permanent au conseil de sécurité puis a fait valoir que d'autres pays sont en droit d'obtenir un siège permanent.

« Les Nations Unies doivent se réformer ou risquer de perdre sa légitimité. Nous sommes au 21ème siècle, je ne peux pas croire que l'Afrique n'a pas de représentant au sein du Conseil de sécurité. Je ne crois pas qu'au petit déjeuner du G8, nous ne pouvons pas inviter le Brésil », a-t-il ajouté.

Lula et Sarkozy ont également signé des accords dans les domaines des transports, des migrations, de la défense et de la coopération policière.


Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse Agência Brasil, publiée sous la licence Creative Commons Attribution 2.5 Flag of Brazil.svg, intitulée
«  Brasil e França fecham contratos para a compra de helicópteros » datée du 8 septembre 2009.


Sources