Affaire Erika : la défense de Total et de l'armateur italien mise en difficulté

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

16 février 2007. – Les deuxièmes et troisièmes jours d'audience devant le Tribunal correctionnel de Paris ont mis en difficulté la société Total ainsi que les Italiens propriétaires et gestionnaires de l'Erika.

Dans un premier temps, le tribunal a décidé que les actions en nullité de la procédure seront jugées en même temps que le dossier sur le fonds. La société de classification italienne a immédiatement interjeté appel.

Selon le Journal Ouest-France, le responsable de classification italienne a répondu par la négative à la question du président : « quand vous certifiez un navire, agissez-vous au nom d'un État ? » réglant ainsi la question de l'immunité.

Pour la société Total, c'est une note interne secrète qui l'a mise en difficulté lors de la deuxième journée d'audience. En 1997, Bertrand Thouilin, directeur du service de contrôle des navires du Groupe Total avait édicté ce texte « prémonitoire » (dixit Ouest-France). Il précisait notamment la tendance des magistrats à rechercher la responsabilité des donneurs d'ordre, leur « contorsion » pour atteindre ceux qui ont de l'argent pour « leur faire payer les dégâts et indemniser les victimes » (dixit Ouest-France).

L'audience a mis en relief le pédigrée de l'Erika :

  • trois fois échoué,
  • flambement de tôles,
  • corrosion sur sept navires de la même série.

Le lendemain, ce sont les montages financiers qui furent examinés par les juges. Le navire n'avait coûté que deux millions de dollars et son entretien ne revenait qu'à 5000 dollars par mois. Le montage financier était simple : les protagonistes créaient à Malte, une société par navire : c'est la société Tevere Shipping qui gèra le navire.

La phrase du jour revient à Giuseppe Savarese, le propriétaire de l'Erika : « Moins on est curieux dans ce métier, mieux ça vaut. »

Sources

  • ((fr)) – Bernard Le Solleu« Procès de l'Erika : la note prémonitoire de Total ». Ouest-France, page 514 février 2007.
  • ((fr)) – Bernard Le Solleu« Erika : petits arrangements entre Italiens ». Ouest-France, page 315 février 2007.


  • Page Droit en France de Wikinews Page « Droit en France » de Wikinews. L'actualité du droit français.