Yémen : les États-Unis rouvrent leur ambassade

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher
Localisation du Yémen
Drapeau d'Al-Qaïda

6 janvier 2010. – Washington a rouvert hier son ambassade au Yémen. « Les opérations militaires menées lundi par les forces armées yéménites ont ramené la sérénité à Sanaa », rapportent les médias. Sept autres ambassades européennes ont également rouvert leurs portes dans ce pays, après une brève fermeture pour des raisons de sécurité.

Le gouvernement yéménite a annoncé le déploiement de milliers de soldats pour « traquer » Al-Qaïda dans trois provinces. Deux militants de cette organisation terroriste ont été abattus à cette occasion, selon une source gouvernementale.

Pour le rédacteur en chef du journal Yemen Post, Hakim Almasmari, les populations locales estiment que ces deux morts n'ont aucun rapport avec Al-Qaïda. D'après lui, la fermeture de certaines ambassades occidentales relève plutôt d'une « manœuvre d'intimidation ».

« Dès que les États-Unis ont ouvert leur ambassade, toutes les autres les ont imités, de la même façon qu'ils avaient fermé. Il s'agit […] d'une manœuvre politique pour faire pression sur gouvernement yéménite pour qu'il déclare la guerre à Al-Qaïda », a estimé Almasmari, précisant que le gouvernement yéménite avait déployé près de 10 000 soldats dans les subdivisions d'Arhab, de Jawf et de Ma'arib.

La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a récemment déclaré que les troubles au Yémen menaçaient la « stabilité régionale et globale ».

Lors d'une visite-surprise, le commandant des forces américaines en Irak et en Afghanistan, le général David Petraeus, s'est entretenu samedi avec le président yéménite Ali Abdullah Saleh.

Par ailleurs, l'agence de presse SABA a cité les propos du ministre de l'Intérieur, disant que les ambassades, missions diplomatiques et compagnies étrangères étaient « en sécurité » et qu'il n'y avait « pas lieu de s'inquiéter ».

Voir aussi

Sources