Aller au contenu

Un mystérieux flaperon retrouvé sur l'île de la Réunion

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.

Nouvelle info : 30 juillet 2015 — Le débris retrouvé sur l'île de la Réunion est bien une pièce d'un Boeing 777


Vue des flaperons d'un Boeing 777 : il s'agit des ailerons inclinés vers le bas

Publié le 30 juillet 2015
Un emploi-vert a découvert un mystérieux débris d'avion mercredi sur le rivage de Saint-André commune orientale de la Réunion, île située dans l'océan Indien. Selon toute vraisemblance, il s'agirait d'un flaperon, un dispositif hyper-sustentateur lié à l'aile de l'avion, qui pourrait provenir d'un Boeing 777. Si aucune hypothèse ne peut être exclue pour le moment, ce débris pourrait provenir du vol Malaysia Airlines MH370, qui a disparu en mars 2014 avec 239 personnes à bord.

Cette hypothèse se base sur la ressemblance du débris avec un élément de Boeing 777 et sur le fait que seul un exemplaire de ce modèle a disparu à ce jour.

« Nous avons reçu quelques clichés de la pièce et nous sommes en train de les faire examiner par les fabricants pour déterminer ce que c'est » a déclaré le bureau australien de la sécurité des transports, en charge des recherches internationales du vol MH370. L'organisme australien va collaborer avec le BEA français, à qui une enquête a été confiée.

Vu le bord d'attaque, ce n'est ni une dérive ni une aile, mais un caisson de volets d'un avion de ligne. Le volet, c'est la partie arrière d'une aile

— Xavier Tytelman, expert français d'un site web

L'élément retrouvé porte un numéro de référence : BB670.

Ce code ne correspond ni à l'immatriculation d'un avion, ni au numéro de série d'un appareil (...) Par contre, si ce flaperon appartient bien au MH370, alors il est clair que cette référence permettra de l'identifier rapidement. Dans quelques jours, nous aurons une réponse définitive.

— Xavier Tytelman, expert français d'un site web

Le cas échéant, les enregistrements du Courant équatorial sud pourraient donner des indications sur l'emplacement de l'écrasement en mer de l'avion, d'après Joël Sudre, ingénieur océanographe au CNRS.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]


Logo Wikinews

avant Jour précédent

30 juillet 2015

Jour suivant avant