Un archéologue a découvert les plus anciens outils utilisés par des anthropoïdes non-humains

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


14 février 2007. – L'archéologue Julio Mercader de l'Université de Calgary a découvert des outils de percussion datant de 4300 ans. Les outils sont supposés avoir été utilisés par des primates non-humains afin d'ouvrir des noix.

La taille des pierres et le poids induit sont trop importants pour avoir été vraisemblablement utilisés par des hominidés. De plus, les hommes ne sont pas supposés s'être établis dans cette zone à cette époque pour avoir suscité des anthropoïdes un apprentissage par observation.

Mercader suggère que cela implique que ces primates ont appris l'utilisation de ces outils soit de manière indépendante des humains ou par le biais d'un ancêtre commun (Last universal common ancestor).

D'autres preuves renforçant cette hypothèse que ces marteaux n'étaient pas utilisés par les humains sont basées sur le fait que les résidus des noix trouvés sur les outils appartiennent à des espèces ne faisant pas partie du régime humain régulier.

Mercader élabore dans une communication préparée : « certaines de ces noix requièrent une force de compression de plus d'un millier de kilogrammes afin d'être brisées. Et l'idée de briser ces noix par compression et non en les lançant n'est pas une technique simple ».

Des implications sociales et politiques découlent directement de cette découverte. L'anthropologue Agustín Fuentes de l'Université de Notre Dame (Indiana) a ainsi indiqué : « cela va à l'encontre de ceux qui prétendent que l'usage d'outils chez le chimpanzé est atypique ».

Le parallèle avec l'évolution humaine peut aussi conduire à de futurs débats sur les droits légaux des primates.

Sources