Turquie : deux partis politiques majeurs protestent contre les banderoles affichées lors des funérailles d'un journaliste turco-arménien

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Photo panoramique du boulevard Halaskargazi. Une centaine de milliers de personnes assistaient aux funérailles de Dink, manisfestant contre son assassinat. Le bureau du journal Agos, où Dink fut abattu, est près du coin supérieur droit de l'image, premier batiment à la droite du cortège avec une grande banderole noire suspendue.
Photo panoramique du boulevard Halaskargazi. Une centaine de milliers de personnes assistaient aux funérailles de Dink, manisfestant contre son assassinat. Le bureau du journal Agos, où Dink fut abattu, est près du coin supérieur droit de l'image, premier batiment à la droite du cortège avec une grande banderole noire suspendue.


lPancartes brandies lors des funérailles de Dink, sur lesquelles ont peut lire Nous sommes tous Hrant Dink et Nous sommes tous arméniens en turc, en kurde et en arménien.

25 janvier 2007. – Des milliers de personnes on défilé lors des funérailles du journaliste turco-arménien Hrant Dink afin de protester contre son assassinat, en brandissant des pancartes sur lesquelles ont pouvait lire Nous sommes tous arméniens en turc, en kurde et en arménien.

Ces pancartes ont été contestées par le MHP et le CHP. Le chef du MHP, un parti politique fasciste de Turquie, a décrit ces pancartes marquées « nous sommes tous arméniens » comme « un spectacle déplorable organisé par ceux qui ne participent pas aux funérailles des martyrs ». Un membre du conseil du CHP, un parti politique relativement à gauche de l'échiquier, a déclaré : « nous devenons honteux d'être turcs. Je suis turc et je m'élève contre cet assassinat ... Les pancartes indiquant 301 [1] assassin sont aussi une erreur. Aussi longtemps que nous ne voudrons pas nous en prendre à la "turquité" [2], nous ne pourrons pas qualifier le 301 d'assassin ... »

L'article 301 du code pénal turc est un article de censure fortement contreversé qui qualifie de crime l'« insulte à la turquité », quelle que puisse être la signification de ce terme.

Notes

Voir aussi

Sources