Trois généraux croates sont jugés pour crimes contre l'humanité à la Haye

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Posters pro-Gotovina placardés en Croatie en 2003.

11 mars 2008. – Le procès de trois généraux croates a débuté mardi 11 mars devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie. Ils sont jugés pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, notamment meurtres, persécutions et déportations pendant la guerre de 1995 entre la Croatie et la Serbie, et plus particulièrement lors de l'opération militaire croate baptisée Tempête qui visait à reconquérir la région de Krajina, occupée par les Serbes.

Parmi les trois accusés, outre Ivan Cermak, âgé de 58 ans, et Mladen Markac, 52 ans, se trouve Ante Gotovina, 52 ans, qui a pendant longtemps été considéré comme un héros par ses compatriotes. De fait, il plaide non coupable tout comme ses deux co-accusés, respectivement commandant de la garnison de Knin, où ses troupes sont accusées de s'être livrées à des opérations de « nettoyage ethnique », pour Ivan Cermak et responsable de la police au au ministère de l'Intérieur pour Mladen Markac. Selon ses avocats, Ante Gotovina a « mis un terme à la guerre entre la Bosnie et la Croatie ».

L'avis du procureur Alan Tieger est différent. Selon lui, Ante Gotovina « a planifié et ordonné » l'opération au cours de laquelle « des milliers de Serbes ont fui, des maisons et des villages ont été pillés, il y a eu des destructions à grande échelle et de nombreuses personnes ont été assassinées ». Toujours selon l'accusation, entre 150 000 et 200 000 personnes auraient quitté la région vers la Serbie et la Bosnie, et plus de 150 civils auraient été assassinés.

Après quatre ans de fuite sous différentes identités, Ante Gotovina a été arrêté en décembre 2005 dans l'archipel espagnol des Canaries, puis inculpé en 2001. Il est le dernier criminel de guerre présumé croate recherché par la justice internationale.

Le procès est retransmis en direct par la télévision publique croate.

Sources