Suisse : un pédophile est accusé de plus de 122 abus sexuels

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La police bernoise a déployé d'importantes ressources sur cette affaire.

2 février 2011. – Un travailleur social bernois a été mis en détention après avoir été accusé d'abus sexuels sur 122 enfants ou personnes handicapées. Les faits qui lui sont reprochés se sont déroulés sur 29 ans dans les différentes institutions où il travaillait. Seule une trentaine de cas ne sont pas encore prescrits par la loi. Le canton a mis sur place une cellule spéciale qui contacte personnellement les responsables légaux des victimes.

L'homme, âgé de 54 ans et qui se qualifie lui même de « pédophile », est décrit comme « coopératif » par les services de police. Il a jusqu'alors avoué avoir fait 114 victimes, les huit autres cas n'ayant été que des tentatives. Selon une information de la justice, cet homme n'a pas d'antécédent judiciaire pour délits d'ordre sexuel. Il avait toutefois été visé par une enquête en 2003 ; celle-ci n'avait cependant pas abouti. Selon la police, l'homme a exprimé du soulagement lors de son arrestation : « il savait ses pulsions malsaines sans toutefois parvenir à les réprimer ».

L'enquête a été ouverte en mars 2010 dans le canton d'Argovie, lorsque deux garçons l'ont accusé devant leurs parents. Progressivement, les policiers ont pu remonter dans les neuf établissements concernés qui se trouvent dans le canton de Berne, en Appenzell et en Allemagne. Les victimes sont, dans la majorité des cas, des jeunes hommes physiquement ou mentalement handicapés. Certains enfants de membres du personnel ont également été visés, la plus jeune victime n'étant âgée que d'une année au moment des faits. Les abus constatés se déroulaient dans les foyers, soit pendant la nuit, soit lors de soins corporels. Ils consistaient en différents attouchements et des rapports sexuels oraux, parfois plusieurs fois lors de la même journée sur une même victime. Dans une vingtaine de cas, les victimes ont été filmés ou photographiée pendant les actes ; ces documents n'auraient cependant pas été publiés sur Internet.

Les représentants de la police cantonale ont déclaré n'avoir « jamais été confrontés à un cas d’une telle ampleur ». Selon eux, il s'agit de la plus grave affaire d'abus sexuels qu'ait jamais connue la Suisse. En raison du grand nombre de personnes concernées, une commission spéciale a été mise en place par le canton. Près de 100 personnes travaillent actuellement sur cette affaire, en particulier pour prévenir personnellement toutes les victimes ou leurs représentants légaux. De plus, la Care Team du canton a été également mobilisée pour apporter un soutien psychologique aux victimes et à leur entourage.

Sources