Suisse : ouverture du procès Holenweger

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
C'est le volet lié au caisses noires d'Alstom qui est jugé.

12 avril 2011. – Le procès du banquier Oskar Holenweger s'est ouvert lundi matin devant le Tribunal pénal fédéral (TPF) de Bellinzone. Le zurichois, ancien directeur d'un établissement privé, doit répondre de blanchiment, de faux dans les titres, de complicité de gestion déloyale et de corruption d'agents publics étrangers.

L'affaire avait débuté en 2003 avec les accusations lancées contre Oskar Holenweger par Juan Manuel Ramos. Ce dernier est un ancien trafiquant de drogue colombien, engagé comme « personne de confiance » par le Ministère public de la Confédération. Il affirme alors que le directeur et propriétaire de la banque privée Tempus blanchissait l'argent de certains trafiquants de cocaïne, dont en particulier Pablo Escobar. Ces accusations n'ont jamais pu été prouvées. Le Ministère public de la Confédération avait alors engagé un ancien policier allemand. Celui-ci avait déposé 830 000 euros sur un compte de la banque et avait demandé à Oskar Holenweger de blanchir de l'argent en affirmant que celui-ci provenait du trafic de drogue. Le banquier ayant accepté ce travail, il est arrêté le 11 décembre 2003 et placé en détention préventive durant 7 semaines.

Au cours de l'enquête, l'accusation de recyclage d'argent sale est finalement abandonné au profit d'un nouveau chef : les révélations d'une employée de la banque avaient en effet permit de déterminer qu'Oskar Holenweger aurait géré plusieurs millions de francs des caisses noires du groupe industriel français Alstom. Ces montants auraient été utilisés pour corrompre des fonctionnaires étrangers afin de permettre à Alstom de remporter des contrats. Il est ainsi accusé de faux dans les titres, de gestion déloyale qualifiée, de blanchiment de valeurs patrimoniales et de corruption d’agents publics étrangers.

À l'ouverture de son procès, l'accusé âgé de 67 ans, a indiqué travailler comme consultant et a rappelé avoir du se séparer de sa banque à la suite de sa détention préventive. Il « vit modestement » selon son expression. Lors de son audition devant le tribunal, in a nié avoir été informé de la provenance des fonds du policier allemand. Il a également rejeté sa responsabilité au sujet des caisses noires d'Alstom, décrivant son rôle comme étant une simple fiduciaire. Enfin, il rejette également les accusations de corruption, affirmant « Je n'ai jamais eu le moindre doute et j'ai toujours pensé que tout ce que je faisais était correct ».

Le procès doit durer une semaine, le verdict sera rendu plus tard.

Sources