Suisse : la visite de George W. Bush à Genève est annulée

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'ancien président George W. Bush n'est pas le bienvenu à Genève.

7 février 2011. – La visite privée de l'ancien président américain George W. Bush à Genève a finalement été annulée. L'organisation caritative juive qui l'avait invité a renoncé devant les risques de débordements des manifestations prévues. Plusieurs plaintes pour torture avaient également été déposées auprès de la justice suisse afin de faire arrêter l'ancien président pendant cette visite.

L'invitation avait été lancée par l'organisation caritative Keren Hayessod pour son gala annuel qui doit se tenir le 12 février dans un palace genevois. À cette occasion, George W. Bush devait prononcer un discours, tout comme l'ont déjà fait Bill Clinton, Al Gore ou encore Rudolph Giuliani les années précédentes.

Dès l'annonce de cette visite, plusieurs plaintes pour crimes de torture avaient été déposées auprès de la justice genevoise par des organisations de défense des droits de l'homme dans le but de faire arrêter l'ancien président. Plusieurs mouvements politiques, dont l'Union démocratique du centre et un collectif de gauche, soutenaient cette action basée sur la convention de 1987 qui bannit l'usage de la torture. Les autorités fédérales avaient cependant jugé « irréaliste » l'arrestation de George W. Bush, protégé par son immunité de fonction selon l'Office fédéral de la justice. Cet avis n'est cependant pas partagé par l'Organisation mondiale contre la torture pour qui la Suisse serait contrainte, aux termes du droit international, d'arrêter George W. Bush s'il entrait sur son territoire.

Parallèlement aux actions en justice, plusieurs mouvements de gauche avaient prévu d'organiser des manifestations. C'est face à la crainte de dérives et afin de « ne pas mettre en péril les personnes et les biens » que les organisateurs du gala ont finalement décidé d'annuler l'intervention de George Bush, tout en maintenant le dîner. Selon l'avocat de l'association, « les plaintes n'ont pas pesé dans la balance ».

Sources