Suisse : condamné pour fraude électorale, Ricardo Lumengo quitte le Parti socialiste

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Photographie officielle de Ricardo Lumengo

17 novembre 2010. – Condamné jeudi pour fraude électorale, le conseiller national socialiste Ricardo Lumengo a décidé de quitter son parti qui lui demandait de démissionner. Ayant fait appel du jugement, il refuse en effet de quitter ses fonctions politiques avant sa condamnation définitive ; il laisse également ouverte la question relative à la suite de sa carrière politique.

Le premier noir de Suisse a avoir été élu au Parlement fédéral a été condamné à 10 jours-amende à 180 francs par jour avec sursis ainsi qu'à une amende de 540 francs pour fraude électorale par le Tribunal d'arrondissement de Bienne : il a en effet rempli de sa main 44 bulletins de vote à son nom pour les élections au Grand Conseil du canton de Berne en 2006 ; s'il admet les faits, il conteste la fraude électorale, assurant avoir voulu aider des personnes qui lui avaient demander comment voter. Ricardo Lumengo a fait appel de la décision du Tribunal et se considère comme innocent aussi longtemps qu'il n'est pas condamné en deuxième instance.

À la suite de l'annonce du jugement, les Partis socialistes bernois et suisses avaient demandé à Ricardo Lumengo de démissionner de son poste de conseiller national. Le principal intéressé avait refusé de s'exécuter avant que toutes les voies de recours ne soient épuisées, affirmant avoir « le devoir de continuer à m'engager en faveur de celles et ceux qui m'ont élu ».

Dans un communiqué publié mardi, Ricardo Lumengo a annoncé avoir démissionné du Parti socialiste, décision qualifiée de « difficile à prendre » mais étant « la meilleure pour lui-même et le PS ». Il ne s'exprime toutefois pas sur la suite de sa carrière politique, en particulier sur une éventuelle candidature lors des élections fédérales qui doivent se tenir l'année prochaine.

Du côté de la direction locale du parti, on se dit surpris de cette décision qui est regrettée par le président Roland Näf. Ce dernier assure que plusieurs séances ont été organisées ces derniers jours avec Ricardo Lumengo pour tenter de persuader ce dernier, en particulier afin de pouvoir rebondir par la suite. Dans sa ville, deux camps s'affrontent maintenant : d'un côté les partisans de Lumengo qui dénoncent un complot anti-noir et de l'autre ceux qui jugent que ses agissements nuisent à la cause des étrangers.

Voir aussi

((fr)) « Suisse : le député Ricardo Lumengo est accusé d'avoir manipulé des bulletins de vote. Wikinews, 20 février 2010.

Sources



    Page
  • Page Suisse de Wikinews « Suisse »
  • de Wikinews.