Sri Lanka : raid aérien des Tigres tamouls contre une base aérienne gouvernementale

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Localisation du Sri Lanka.

26 mars 2007. – Des rebelles appartenant aux Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE, Liberation Tigers of Tamil Eelam) ont bombardé, lundi 26 mars 2007, une base de l'armée du Sri Lanka à Katunayake, non loin de Colombo, capitale du pays. Ce raid aérien contre des forces gouvernementales constitue une première dans la guerre menée depuis bientôt 24 ans par les indépendantistes tamouls contre le gouvernement dirigé par la majorité cinghalaise.

Les provinces orientale et septentrionale du Sri Lanka, constituant l'essentiel du territoire revendiqué par les Tigres tamouls.

Au moins deux avions ont attaqué la base, lundi à 0 h 45 heure locale. Durant l'attaque, au moins trois membres de l'armée de l'air ont été tués et 17 blessés, lors du largage de deux bombes par les avions rebelles. On ne signale cependant aucune destruction parmi les appareils de la flotte aérienne militaire, ni dégâts matériels.

Le Centre d'information pour la sécurité nationale (Media Center for National Security) a indiqué, dans un communiqué, que « la situation est restée totalement sous contrôle » et que « le gouvernement condamne avec véhémence la lâche tentative d'attaquer contre la base aérienne militaire de Katunayake, après les défaites majeures subies par les Tigres de Libération de l'Eelam tamoul au Nord et à l'Est ».

Ni pertes humaines ni dégâts matériels n'ont été signalés à l'aéroport international Bandaranaike, proche de la base militaire attaquée et qui constitue le seul aéroport international du Sri Lanka. Le communiqué officiel a indiqué à ce sujet que la sécurité des vols commerciaux et des passagers n'aurait à aucun moment été menacée.

Les rebelles, pour leur part, ont publié, après l'attaque, un communiqué annonçant d'autres bombardements de même nature à l'avenir. Selon les termes employés par Rasiah Ilanthiraiyan, un des porte-parole du groupe rebelle, il s'agirait d’« une mesure pour protéger les civils tamouls contre les bombardements aériens génocidaires commis par les forces armées sri-lankaises ».

En 2001, une précédente attaque terrestre menée par le LTTE contre l'aéroport lui-même avait provoqué la destruction de la moitié de la flotte de la compagnie aérienne nationale.

Sources

Sources anglophones


  • Page Sri Lanka de Wikinews Page « Sri Lanka » de Wikinews. L'actualité sri lankaise dans le monde.