RDC : une délégation de l'ONU opine sur la crise dans l'Est

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Flag of the Democratic Republic of the Congo.svg

Après un séjour à Kinshasa et à Goma, les délégués du Conseil de Sécurité ont estimé que la solution militaire ne peut être la seule option.

7 octobre 2013. – La délégation du Conseil de Sécurité des Nations Unies qui a séjourné ce weekend à Kinshasa et à Goma a estimé que la solution militaire à elle seule ne résoudra pas totalement le conflit entre le gouvernement congolais et la rébellion du M23.

Cette analyse est entièrement rejetée par les autorités du Nord-Kivu qui voudraient que la brigade onusienne d’intervention reprenne les combats aux côtés des FARDC pour chasser tous les membres de ce groupe armé.


Avant de quitter Goma dimanche soir pour Kigali au Rwanda, les membres du Conseil de Sécurité ont encouragé les Congolais à s’approprier le processus de paix initié par l’Accord d’Addis-Abeba.

La Société Civile du Nord-Kivu s’est dite déçue par les conclusions du Conseil de Sécurité de l’ONU, car elle demande des sanctions contre le Rwanda et l’Ouganda pour violation de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, violation qui menacerait la paix dans l’Est de la RDC et la région des Grands Lacs, a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Source[modifier | modifier le wikicode]


Wikinews
Pour plus de détails sur ce sujet, Wikinews a établi le dossier Mouvement du 23-Mars en République démocratique du Congo.
Ce dossier permet de situer cet article dans son contexte.


Logo Wikinews
Actualiser la page Actualiser la page
avant Jour précédent

Évènements du 7 octobre 2013

Jour suivant avant