RCA : François Bozizé visé par une enquête pour violations des droits humains

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le président François Bozizé.
Flag of the Central African Republic.svg

Le parquet de Bangui a ouvert une enquête pour violations des droits humains qui auraient été commises par le président déchu François Bozizé et son entourage sous son régime et après qu’il eut été renversé le 24 mars.

5 mai 2013. – Le ministre de la Justice du gouvernement de Transition, Arsène Sendé, qui a fait l’annonce à la radio nationale samedi, a énuméré des assassinats, arrestations, séquestrations et tortures, incendies d'habitation, enlèvements, exécutions sommaires, de même que « l'incitation à la haine et au génocide, les crimes économiques, et des actes de nature à compromettre la paix civile. »

Il a cité le cas de 119 personnes qui auraient été exécutées sommairement par la garde rapprochée de François Bozizé, dirigée par le capitaine Eugène Ngaïkosset. La justice enquêtera aussi sur le sort de plusieurs prisonniers politiques, enfermés « sur ordre » du chef de l’Etat d’alors, selon le ministre.

Il a rappelé la disparition en 2010 de Charles Massi, ex ministre et dirigeant de la rébellion CPJP, la Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix.

Quant au détournement d’argent public, le ministre de la justice a cité notamment l’ancien ministre des finances, Sylvain Ndoutingaï, neveu du président déchu.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]


Sources[modifier | modifier le wikicode]


Logo Wikinews
Actualiser la page Actualiser la page
avant Jour précédent

Évènements du 5 mai 2013

Jour suivant avant