Procès des Khmers rouges : 40 ans de prison requis contre Douch

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

25 novembre 2009. – Douch, ancien cadre khmer rouge et responsable du centre de torture S-21 (Tuol Sleng), ne sera pas condamné à perpétuité. Jugé pour crime contre l'humanité et crime de guerre, sa peine sera au maximum de 40 ans de prison. C'est ce qu'a requis le procureur William Smith au tribunal international des khmers rouges. Âgé de 67 ans, Douch devrait tout de même finir sa vie derrière les barreaux si cette peine est retenue.

La légèreté de la peine requise souligne la quasi-impunité des anciens dirigeants khmers rouges. Douch est le premier d'entre eux à être jugé, 40 ans après les premiers crimes commis par le régime. Khieu Samphan, Nuon Chea, Ieng Sary et Ieng Thirith devraient être jugés en 2010. Cependant le premier ministre cambodgien Hun Sen, lui-même ancien khmer rouge, s'oppose au jugement de personnes supplémentaires. Il se justifie en disant que ces procès entraîneraient une nouvelle guerre civile dans le royaume.

Dans un pays où la majorité des habitants est née après la chute officielle du régime en 1979[1] le travail de mémoire risque d'être difficile.

Le régime khmer rouge a fait officiellement 2 millions de morts, soit le tiers de la population cambodgienne de l'époque. La prison de Tuol Sleng a reçu environ 15 000 personnes. Elles y étaient torturées avant d'être exécutées. Seules sept personnes y ont survécu.

Notes

  1. en 2004, 60,5% des cambodgiens avaient moins de 25 ans.

Sources