Politique : Alain Juppé candidat aux primaires de l'UMP

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alain Juppé en 2012.

23 août 2014. – Le 20 août dernier, Alain Juppé, actuel maire de Bordeaux et plusieurs fois ministre, a créé la surprise en annonçant, à l'âge de 69 ans, son intention de se présenter aux primaires UMP, qui désigneront le candidat du parti de droite à l'élection présidentielle de 2017.

En effet, l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac, lequel en parlait comme « le meilleur d'entre nous », a annoncé sur son blog, après une longue tirade sur les problèmes de la France :

« On aura compris que j’ai envie de participer à cette belle construction. C’est pourquoi j’ai décidé d’être candidat, le moment venu, aux primaires de l’avenir. Il reste moins de deux ans pour les organiser (car le bon sens voudrait qu’elles aient lieu au printemps 2016). C’est un bon délai. »

— Alain Juppé.

En se qualifiant aussi tôt, le but de M. Juppé était sans aucun doute de faire parler de lui avant que Nicolas Sarkozy n'officialise son retour en politique comme le prévoient les commentateurs politiques. Il faut d'ailleurs noter que Alain Juppé est certes candidat à la primaire (l'élection interne désignant le candidat à la présidentielle) mais non à la présidence du parti, dont l'élection aura lieu, elle, en novembre prochain, car il a toujours déclaré que, selon lui, le président du parti et le candidat aux présidentielles devaient être deux personnes distinctes.

Plusieurs acteurs de la scène politique ont commenté la nouvelle. François Bayrou, maire de Pau et leader centriste, a salué la candidature de M. Juppé :

«  J'ai pour Alain Juppé beaucoup d'estime. C'est quelqu'un de solide, courageux et respectable, qui peut faire du bien au pays. [...] Il y a une solidarité, qui n'est pas seulement aquitaine, qui est la solidarité de ceux qui sont au fond républicains, démocrates, et qui ont envie que le pays se rassemble plutôt que de voir le pays se diviser. [...] C'est quelqu'un que je considère comme pouvant être un atout pour le pays. »

— François Bayrou.

Florian Philippot, vice-président du Front national, a déclaré :

« [Alain Juppé] est mieux placé que Nicolas Sarkozy, parce qu'il traîne moins de boulets, parce que son passé judiciaire est plus ancien, plus lointain. [...] Probablement qu'il fait peur à Nicolas Sarkozy parce qu'il est plus rassembleur. [...] Il ne fait absolument pas peur au FN, c'est un énième candidat de l'UMPS. »

— Florian Philippot.

François Fillon, concurrent de Juppé aux primaires, s'est « félicité qu'il y ait d'autres candidatures » car c'est « la garantie d'une confrontation de qualité sur le fond et l'avenir de la France » et « une chance pour la droite et le centre de voir émerger et se confronter plusieurs projets politiques pour le redressement national ».

Avant ces primaires, Alain Juppé reste, avec François Fillon et Jean-Pierre Raffarin, membre du triumvirat qui dirige l'UMP en attendant l'élection d'un nouveau président en novembre prochain.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Logo Wikinews
Actualiser la page Actualiser la page
avant Jour précédent

Évènements du 23 août 2014

Jour suivant avant