Niger : la junte annonce de nouvelles mesures

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Localisation du Niger

6 avril 2010. – La junte au pouvoir à Niamey a annoncé la libération de plusieurs personnes récemment arrêtées[1] et la mise en liberté surveillée pour les membres de l'ancien gouvernement. Il s'agit de proches de l'ancien président Mamadou Tandja. Par ailleurs, la junte a remplacé des dirigeants de sociétés d'État, notamment celles chargées de l'uranium et du pétrole.

Les nouveaux dirigeants ont indiqué que le Conseil consultatif de la transition sera bientôt installé afin de « dégager des propositions pour remettre le Niger sur la voie de la démocratie et du développement ».

« Les mesures de mise en liberté surveillée qui pèsent sur certains anciens ministres du gouvernement sont maintenus ; cela est valable pour les anciens directeurs généraux ayant fait l'objet d'interpellation dans le cadre des investigations menées », a précisé Ousmane Cissé, ministre de l'Intérieur.

« Il est important de saluer cette mesure puisque, pour nous, c'est fondamental, quoiqu'il arrive, il faut fondamentalement respecter les principes de présomption d'innocence et le respect des principes d'un procès équitable », a déclaré Marou Amadou, président du Front uni pour la sauvegarde des acquis démocratiques (FUSAD), parti ayant lutté contre le maintien au pouvoir de Mamadou Tandja.

La junte, connue sous le nom de Conseil suprême pour la restauration de la démocratie, a renversé M. Tandja à la suite d'un coup d'État le 18 février dernier.

Notes

Voir aussi

Sources



  • Page Afrique de Wikinews Page « Afrique » de Wikinews. L'actualité africaine dans le monde.