Coup d'État au Niger

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Localisation du Niger
Mamadou Tandja, président de la République du Niger

19 février 2010. – Des soldats ont pris d'assaut, hier, le palais de la présidence nigérienne à Niamey et sont repartis en emmenant avec eux le président Mamadou Tandja dans un camp militaire dans les faubourgs de la ville. Des tirs d'armes automatiques, accompagnés d'explosions, ont été entendus pendant une vingtaine de minutes jeudi après-midi, aux alentours du palais de la présidence, à l'heure où devait se tenir le Conseil des ministres. Les mutins ont suspendu la Constitution et dissout les institutions républicaines. Le pays est désormais dirigé par une junte baptisée « Conseil suprême pour la restauration de la démocratie ».

Garba Lompo, ministre conseiller spécial à la présidence rapportait à VOA News aux environs de 17 h, heure locale : « Nous sommes pris, mais il y a une forte riposte ». À la place de son programme habituel, la radio nationale a commencé à diffuser de la musique traditionnelle. La plupart des commerces sont restés fermés dans la zone des affrontements et une épaisse fumée était visible au-dessus du palais présidentiel. Le chef des mutins est le colonel Abdoulaye Adamou Harouna, ancien aide de camp du leader du dernier coup coup d'État au Niger en 1999, le major Daouda Malla Wanke.

« Le Conseil suprême pour la restauration de la démocratie (CSRD), dont je suis le porte-parole, a décidé de suspendre la Constitution de la VIe République et de dissoudre toutes les institutions qui en sont issues », a affirmé un soldat se présentant comme le porte-parole du groupe, selon un extrait de son allocution diffusée sur France Info.

« Nous demandons à la population de garder son calme et de rester unie autour des idéaux qui animent le CSRD et qui pourront faire du Niger un exemple de démocratie et de bonne gouvernance, à l'instar des autres États épris de paix et de stabilité », a-t-il ajouté.

Réunie lundi à Abuja, au Nigeria, la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) avait suspendu le Niger pour transgression de la légalité constitutionnelle, à la suite du référendum controversé qui a permis en août au président Tandja de prolonger de trois ans son mandat présidentiel, devant expirer en décembre. Le Parlement nigérien et la cour constitutionnelle avaient déclaré que ce référendum était entaché d'illégalité. Les négociations menées par l'ancien président nigérian Abdulsalami Abubakar en vue d'une sortie de crise n'ont pas permis de débloquer la situation politique dans le pays.

Sources



  • Page Afrique de Wikinews Page « Afrique » de Wikinews. L'actualité africaine dans le monde.