Les Paraguayens pourraient élire un ancien évêque comme nouveau président

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Blanca Ovelar, l'une des trois candidate à la présidence.

20 avril 2008. – Ce dimanche, près de trois millions de Paraguayens doivent élire pour un mandat unique de cinq ans 80 députés, 45 sénateurs, 17 gouverneurs de départements, 18 membres du parlement du Mercosur, des responsables locaux ainsi que leurs président et vice-président. Les 14.800 bureaux de vote du pays seront ouverts de 7 heures du matin jusqu'à 16 heures. Dans cette optique, des centaines de Paraguayens vivant en Argentine sont rentrés spécialement pour voter.

L'intérêt principal de ce week-end de votations réside dans l'élection très disputée du nouveau chef d'État entre un ancien évêque charismatique favori des sondages, un femme, candidate du parti au pouvoir depuis plus de 60 ans et l'ancien chef des armées. Elle se déroule dans un climat de suspicion, exacerbé par les craintes persistantes de fraudes et d'incidents, malgré la présence de 300 observateurs internationaux.

À 56 ans, Fernando Lugo, surnommé « l'évêque des pauvres » est le favori des sondages depuis trois mois. Ancien évêque, il a abandonné la soutane à la fin de l'année 2006 et conduit une coalition de gauche formée il y a huit mois par une vingtaine d'organisations. Sa popularité de cesse d'augmenter, à la suite de ses promesses de changement dans ce pays où un tiers des habitants vit en-dessous du seuil de pauvreté. Cependant, la démission de Fernando Lugo forcée par la constitution paraguayenne qui interdit aux membres du clergé d'entrer en politique, n'a jamais été reconnue par l'Église catholique.

De l'un autre côté, l'ex-ministre de l'Éducation Blanca Ovelar, âgée de 50 ans, aspire à devenir la première femme présidente du pays, la troisième en Amérique du Sud. Membre du parti Colorado au pouvoir depuis de longues années et qui présente un bilan économique et social pauvre, avec un taux de chômage de près de 13 % et entaché de corruption. Si elle refuse d'endosser « tous les péchés de 60 ans de coloradisme », elle promet d'apporter, en cas d'élection, sa vision féminine et personnelle pour résoudre les problèmes du pays.


Enfin, le candidat de la liste de droite de l'Unace, Lino Oviedo est un général à la retraite sorti de prison il y a juste six mois après avoir été condamné à 10 ans d'emprisonnement pour sa participation à la tentative de putsch en 1996 contre le président de l'époque Juan Carlos Wasmosy.

Les derniers sondages publiés donnent Fernando Lugo en tête avec 34 % des intentions de vote, alors que Blanca Ovelar et Lino Oviedo obtiendraient respectivement 28,5 % et 29 %.

Sources