Le trafic sous la Manche en augmentation depuis la fermeture de l'espace aérien européen

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Eurostar en gare de Londres - St-Pancras

20 avril 2010. – À la suite de l'éruption du volcan Eyjafjöll et ses conséquences sur le trafic aérien européen, plusieurs entreprises dans le domaine du transport voient leur activité augmenter.

Ainsi, Eurotunnel, qui transporte par rail les autocars, les véhicules légers et leurs passagers, a par exemple indiqué lundi que le trafic transmanche a considérablement augmenté depuis vendredi et a même doublé dimanche. Le groupe affirme en effet dans un communiqué avoir « doublé sa capacité », permettant à « 10 520 véhicules de traverser la Manche dimanche », contre « une moyenne de 5 000 en période normale ». Un départ de navette est désormais proposé « toutes les 15 minutes », contre deux par heure en temps normal. Parallèlement, il est mentionné que le trafic fret se poursuit de manière normale.

En bourse, les actions d'Eurotunnel gagnaient plus de 4,8 % vers 14 h 15, réalisant de loin la plus forte hausse du SBF 120. Cependant, les analystes n'envisagent pas dans l'immédiat de changer leur recommandation sur le titre Eurotunnel, estimant que les conséquences sur le bénéfice annuel du groupe restent faibles. « Cela pourrait être un élément déclencheur, un rappel du fait que les compagnies aériennes ont des problèmes et qu'Eurotunnel est aujourd'hui bénéficiaire », observe Pierre Flabbee, analyste chez Kepler. « Mais à moins que le trafic aérien ne soit affecté pendant des mois, la valorisation de la société ne changera pas substantiellement », a-t-il ajouté, expliquant que si le trafic devait doubler pendant deux semaines, cela ne représenterait toujours qu'une augmentation additionnelle de 1 % du revenu annuel.

Cette augmentation d'activité intervient alors qu'Eurostar et, dans une moindre mesure, Eurotunnel ont été contraints dans un rapport sévère sur les pannes de décembre dernier d'apporter des changements sur la liaison Paris - Londres, et qui pourraient coûter 45 millions d'euros au groupe.

Sources