Le comédien Michel Serrault nous a quittés

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nouvelles connexes
Nécrologies sur Wikinews

30 juillet 2007. – Le comédien français Michel Serrault est décédé hier soir à 22h30 dans sa maison de Honfleur, à l'âge de 79 ans. Il sera inhumé jeudi 2 août dans cette même ville. L'annonce de la mort a été faite par le père Alain Maillard de La Morandais. Ce dernier a assisté à ses derniers instants après lui avoir administré les derniers sacrements comme le veut la liturgie de l'Église catholique romaine. L'homme d'église a déclaré sur RTL que : « Je garderai le souvenir de Michel Serrault se redressant comme s'il voulait dire quelque chose. J'avais l'impression de voir un Christ en agonie et il est mort dans les bras de Juanita, sa femme, de Nathalie, sa fille, et moi qui étais à côté. Et puis il y avait un personnel soignant auquel il faut rendre hommage, des gens du pays, absolument compétents, efficaces et d'une grande délicatesse ».

Au cours d'une carrière de plus de 59 ans, il avait joué dans 135 longs métrages avec plusieurs grands réalisateurs, et s'était vu remettre pour ses rôles trois Césars. Il s'est révélé au grand public grâce, notamment, au rôle du travesti Zaza Napoli dans La cage aux folles.

La nouvelle de la disparition d'un des monuments du cinéma français a suscité de nombreuses réactions dans le monde du théâtre, du cinéma et des autorités de l'État : « Un monument du monde du théâtre de boulevard, du cinéma et de la télévision vient de nous quitter » a ainsi déclaré Nicolas Sarkozy, alors que Christine Albanel, Ministre de la Culture, parlait d'un « comédien d'une grande popularité, capable de toucher tous les publics, et d'une vraie générosité, épousant tous types de rôles ».

Michel Serrault est né le 24 janvier 1928 à Brunoy. Il a été élevé dans une famille très croyante et a même fait le séminaire. Il a débuté sur scène avec Robert Dhéry en 1948 dans la troupe des Branquignols. Ses débuts au cinéma furent en 1954 dans un film de Jean Loubignac : « Ah ! Les belles bacchantes », où il intreprèta son propre rôle sur la scène « Rêverie militaire ». C'est ainsi qu'il croise Louis de Funès, Roger Caccia, Francis Blanche, Raymond Bussières, Jacqueline Maillan, Colette Brosset, Jacques Legras, Jacques Jouanneau, Guy Piérauld ainsi que le compositeur Gérard Calvi .

Tout comme Louis de Funès, ce n'est que sur le tard qu'il perce vraiment à l'écran, notamment avec la pièce de théâtre : « La cage aux folles », dont il en sera fait trois opus au cinéma. La suite, tout le monde la connaît, l'acteur cumula rôles comiques et dramatiques notamment dans « Papillon », « Le Bonheur est dans le pré », « Garde à vue » où il montrera l'immensité de son talent.

En hommage au comédien disparu, TF1 a diffusé aujourd'hui Monsieur Léon, un téléfilm diffusé l'an dernier, et France 2, Le Bonheur est dans le pré.

Sources