Laurent Gbagbo réagit par l'intermédiaire de ses avocats aux propos de Robert Bourgi

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'avocat Robert Bourgi, dans ces déclarations faites au Journal du dimanche, le 11 septembre 2011, cite cinq chefs africains qui auraient versés de l'argent liquide à Jacques Chirac et Dominique de Villepin, à savoir Abdoulaye Wade (Sénégal), Blaise Compaoré (Burkina Faso), Laurent Gbagbo (Côte d'Ivoire), Denis Sassou-Nguesso (Congo-Brazzaville) et Omar Bongo (Gabon). Laurent Gbagbo réagit aux propos de M. Bourgi.

Laurent Gbagbo en 2007.

26 septembre 2011. – Laurent Gbagbo, ancien président de la Côte d'Ivoire, assigné à résidence à Korhogon, par l'intermédiaire de ces avocats Roland Dumas et Jacques Vergès explique à L'Express, qu'il « consacre toute son énergie et sa détermination à la recherche des solutions devant aboutir à la nécessaire instauration d'une paix durable dans son pays » et qu'il se refuse de parler d'une pratique « dont tout le monde feint de découvrir l'existence » mais « qui ne s'est pas arrêtée - pour le malheur des peuples africains - avec Dominique de Villepin ».

Sources

Voir sur Wikipédia l'article
Robert Bourgi.
  • ((fr)) – Vincent Hugeux, « Affaire Bourgi : Gbagbo ironise ». L'Express, n° 3142, 21 septembre 2011.