La motion de Ségolène Royal en tête des suffrages socialistes

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ségolène Royal.
Bertrand Delanoë.
Martine Aubry.

7 novembre 2008. – Les militants socialistes, qui avaient à se prononcer entre les six motions en lice en vue du congrès du PS à Reims à la mi-novembre, ont placé en tête la motion présentée par Ségolène Royal.

Cette motion a recueilli environ 29% des suffrages, devançant celle présentée par Bertrand Delanoë (à 25%) et celle conduite par Martine Aubry (à 25% également). La liste de l'aide gauche du parti, emmenée par Benoît Hamon, totalise 19% des suffrages.

Ce résultat est une surprise, les dernières tendances laissant entrevoir une victoire de Bertrand Delanoë, qui semble donc le plus fragilisé par ces résultats. La liste de l'aile gauche du parti crée une moindre surprise, ses 19% constituant là aussi un score supérieur aux attentes.

Aucune des listes n'ayant la majorité absolue, d'inévitables tractations ont déjà commencé. Madame Royal a annoncé vouloir « discuter avec tout le monde », « rassembler tous les talents », en ajoutant vouloir « assurer la promotion d'une nouvelle génération ». Ces discussions dureront jusqu'au congrès du Parti socialiste, qui doit de tenir à Reims du 14 au 16 novembre. On saura le 20 qui succédera au poste de Premier secrétaire à François Hollande, qui ne se représente pas, mais soutenait M. Delanoë.

Jean-Luc Mélenchon, néanmoins déçu par l'orientation sociale-démocrate que préfigure ce résultat, a donné aujourd'hui sa démission du PS, et entreprend des démarches de rapprochement avec les partis de ce qu'il appelle « la vraie gauche », notamment le Parti communiste ou le futur Nouveau Parti anti-capitaliste qui devrait se créer en janvier 2009 autour d'Olivier Besancenot, en vue des élections européennes de juin 2009.

Voir aussi

Notes

Sources