L'ONU accuse le gouvernement birman d'entraver les opérations de secours après le cyclone Nargis

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Situation de la Birmanie.

9 mai 2008. – L'Organisation des Nations unies a fortement critiqué le gouvernement birman, après la confiscation de deux avions du Programme alimentaire mondial (PAM) chargés d'aides alimentaires et l'interdiction aux travailleurs humanitaires d'entrer dans le pays, qualifant cette action de « sans précédent ».

Paul Risley, un porte-parole du PAM, a expliqué que « l'aide alimentaire et de les équipements que nous avons réussi à acheminer nous ont été confisqués. ». Le PAM n'a pas d'autre choix que de suspendre l'opération, a-t-il indiqué à la BBC : « Trois vols ont été programmés pour samedi, mais maintenant, nous n'avons d'autre choix que de suspendre l'aide alimentaire jusqu'à ce que la nourriture qui est stockée soit rendue au PAM pour pouvoir la distribuer ».

« Je prie instamment le gouvernement [birman] d'être à la hauteur de ses responsabilités envers son peuple et de permettre rapidement l'acheminement de l'aide internationale dans l'ensemble des zones sinistrées » a déclaré la chancelière allemande dans un courriel. « Un très grand nombre de personnes sont désormais dépendantes de l'aide d'urgence. » a ajouté Angela Merkel.

« Le Myanmar[1] devrait accepter l'aide internationale, mais nous ne pouvons pas forcer le pays à faire, et nous devons respecter sa propre décision. Mais le peuple du Myanmar doit être au centre des préoccupations. » a indiqué Noppadon Pattma, ministre des Affaires étrangères de la Thaïlande

« Je demande une nouvelle fois aux autorités du Myanmar de lever toutes les restrictions qui empêchent le libre acheminement de l'aide par les moyens les plus efficaces. » a déclaré le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner. « Les agences spécialisées de l'ONU et les ONG doivent immédiatement pouvoir atteindre les victimes. »

Ky Luu, directeur du bureau américain d'assistance aux catastrophes à l'étranger, a lui aussi déclaré hier dans une conférence de presse : « Nous exhortons le régime birman à autoriser l'accès au pays à tous les acteurs humanitaires. ».

« La région du delta est connue sous le nom de grenier du pays et le cyclone a frappé avant la récolte. Si la récolte a été détruite, la catastrophe aura un impact dévastateur sur la sécurité alimentaire du Myanmar » a indiqué l'ONG Action contre la faim.

Notes

Sources