L'Italie publie son propre rapport sur l'affaire Calipari

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

2 mai 2005. – Le gouvernement italien a publié, lundi 2 mai 2005, son propre rapport d'enquête sur les circonstances de la mort de Nicola Calipari, officier de haut rang des SISMI (services secrets italiens) tué le 4 mars dernier par des tirs de l'armée américaine, sur la route de l'aéroport de Bagdad (Irak) lors d'une opération de libération de la journaliste italienne Giuliane Sgrena, détenue en otage par un groupe armé irakien depuis le 4 février précédent.

Les États-Unis avaient publié, samedi 30 avril, leur propre rapport d'enquête, qui concluait à l'absence de faute de la part des douze militaires américains impliqués dans l'incident, et rejetait implicitement la responsabilité de la mort de M. Calipari sur les autorités italiennes pour avoir, selon la thèse américaine, négligé d'informer les troupes américaines de l'opération en cours.

Ces conclusions sont formellement rejetées par la partie italienne, dont les deux enquêteurs dépéchés sur place et officiellement associés à l'enquête militaire qui avait été diligentée, ont formellement refusé de contresigner, en concertation avec le gouvernement italien, le rapport élaboré par les Américains. Les observations des deux experts italiens, l'ambassadeur Cesare Ragaglini et le général Pierluigi Campregher, ont servi de base à un contre-rapport préparé dès qu'a été connue la version finale du rapport américain.

Ce contre-rapport, d'une longueur de 67 pages, contredit formellement les conclusions américaines sur divers points :

  • selon le rapport italien, si les autorités militaires américaines n'étaient pas informées en détail de la mission exacte de M. Calipari, elles avaient en revanche pleine connaissance de son identité, de son rang et du caractère officiel de son déplacement, sans parler d'une demande d'hébergement dans un camp militaire voisin pour le cas où la mission aurait duré plusieurs jours ;
  • les témoignages des deux survivants italiens de l'incident (le major Carpani, chauffeur du véhicule, et Mme Sgrena) contredisent formellement les assertions de la partie américaine, selon laquelle le véhicule aurait roulé à une vitesse de 80 km/h et n'aurait pas tenu compte des avertissements lumineux envoyés par les militaires américains. M. Carpani affirme quant à lui que la vitesse de son véhicule n'aurait pas excédé 50 km/h et que la topographie des lieux aurait d'ailleurs rendu dangereuse une allure supérieure (accidents de terrain et obstacles, visibilité réduite...)
  • il souligne enfin que, selon l'opinion des deux experts italiens, « il est vraisemblable que la tension liée aux circonstances et probablement un certain niveau d'inexpérience et de stress ont pu pousser certains militaires à des réactions instinctives et peu contrôlées ».

Par ailleurs, la forme même du rapport américain, publié sur le Web dans une version expurgée de divers éléments, officiellement pour protéger l'identité des douze militaires américains mis en cause, semble provoquer un grand malaise dans l'opinion publique et les médias italiens.

Le parquet de Rome (Procura di Roma) a d'ailleurs rappelé, ces jours-ci, que l'enquête judiciaire n'était pas close et que rien ne permettait de préjuger qu'elle ne déboucherait pas sur des inculpations pour homicide volontaire.

Sources