Japon : le Premier ministre échappe à une motion de censure

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Naoto Kan est le 5e chef de gouvernement au Japon en quatre ans.

4 juin 2011. – Le Premier ministre Naoto Kan a échappé à une motion de censure après qu'elle a été rejetée jeudi par la Chambre des représentants, la chambre basse du parlement. Sur les 480 sièges qui composent la chambre, 293 se sont opposés à la motion tandis que 152 ont voté en sa faveur. Plusieurs membres étaient absents ou se sont abstenus.

M. Kan avait affirmé avant le début du vote lors d'une réunion du Parti démocrate du Japon (PDJ) qu'il démissionnerait après avoir mené à leur terme un certain nombre d'actions dans le cadre de la reconstruction post-catastrophe et la gestion de la crise nucléaire de Fukushima. « Une fois que j'aurai assumé mon rôle dans la gestion du désastre, je transmettrai mes responsabilités à une génération plus jeune », a-t-il déclaré. C'est certainement ce qui a convaincu plusieurs députés de voter contre la motion et d'accorder du temps supplémentaire à M. Kan.

D'autre part, l'ampleur de la catastrophe — la plus grave depuis 1945 — alimente une opinion défavorable aux conflits politiques. « On ne change pas de cheval au milieu du gué », peut-on lire dans l'éditorial du quotidien Asahi Shinbun qui demandent aux hommes politiques de se rendre dans les régions sinistrées plutôt que de s'adonner à ce « jeu de massacre ».

Les partis d'opposition avaient déposé une motion de censure la veille contre M. Kan, en vue de le contraindre à démissionner, en raison de leur insatisfaction quant à sa façon de gérer la crise à la suite de la catastrophe du 11 mars. Mais le PDJ a pu compter principalement sur les partis avec qui il forme une coalition. La partie n'était pas gagnée : plusieurs députés du PDJ, comme Ichirō Ozawa, un rival de M. Kan, s'étaient engagés à voter en faveur de la motion. D'autres directement membres du cabinet de M. Kan appartenant également au PDJ avaient démissionné la veille du vote, de façon à pouvoir soutenir l'initiative de l'opposition.

La situation du Premier ministre en exercice depuis bientôt un an n'en est pas moins difficile et son taux de soutien dans l'opinion est inférieur à 20 %. Lundi dernier, le quotidien Nikkei publiait par ailleurs un sondage montrant que sept Japonais sur dix sont favorables à un départ du Premier ministre, mais que la moitié souhaite que sa démission n'intervienne qu'une fois réglée la crise nucléaire à Fukushima.

Sources




  • Page Japon de Wikinews Page « Japon » de Wikinews. L'actualité japonaise dans le monde.