Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine met en garde Emmanuel Macron contre des « conséquences catastrophiques »

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Un incendie dans une infrastructures électrique de la région de Kharkiv (Ukraine) dû à un bombardement russe dans la soirée du 11 septembre 2022.

Publié le 12 septembre 2022

Lors d'un entretien téléphonique le 11 septembre, le président russe Vladimir Poutine, a signalé au président Emmanuel Macron que les « attaques ukrainiennes » contre la centrale nucléaire de Zaporijjia risquent d'aboutir à des conséquences catastrophiques ». Mais le président français a répondu à son homologue que c'est « l'occupation russe » de la centrale nucléaire qui est « la cause » d'un risque catastrophique. Le président français lui a donc demandé de retirer les « armes lourdes et légères » de la centrale. La centrale nucléaire de Zaporijja, située à Enerhodar, est occupée par les envahisseurs russes depuis le 4 mars et subit des bombardements dont l'Ukraine et la Russie s'accusent mutuellement en être responsable. Le dernier entretien téléphonique s'était tenu le 19 août.

En représailles au plafonnement du prix du pétrole russe pris par le G7 le 2 septembre, Vladimir Poutine avait déclaré ne plus devoir respecter l'accord conclu avec le président turc Recep Tayyip Erdoğan et qu'il envisageait de prendre des mesures de restrictions envers les pays importateurs de céréales ukrainiennes. Lors de l'entretien téléphonique, le président Emmanuel Macron a rappelé à Vladimir Poutine que « les sanctions européennes ne s'appliquent ni aux produits agricoles ni à ceux indispensables à l’agriculture ». Le président français a demandé que la Russie respecte l’accord conclu pour que « les céréales exportées aillent bien à ceux qui en ont le besoin le plus urgent ».

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a accusé les « terroristes russes » d'avoir détruit des infrastructures électrique, causant une panne d'électricité dans tout l'est de l'Ukraine le 11 septembre. La coupure était totale dans les régions de Kharkiv, où une centrale électrique a pris feu, et de Kramatorsk (située près de Donetsk) tandis qu'elle fut partielle dans les régions de Zaporijia, Dnipropetrovsk, Soumy et Poltava. Les autorités ukrainiennes affirment que ces sabotages russes sont des représailles à leur « défaite sur le champ de bataille ». Le lendemain (12 septembre), 817 colonies, soit 667 600 consommateurs étaient toujours sans alimentation électrique.

La veille, le 10 septembre, des membres du groupe terroriste palestinien Hamas dont le chef militaire Saleh al-Arouri et le chef du bureau politique, Ismail Haniyeh, sont arrivés à Moscou (Russie) pour rencontrer le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Une délégation du Hamas était déjà venue en Russie au mois de mai.


Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Logo Wikinews

avant Jour précédent

12 septembre 2022

Jour suivant avant