Gilets jaunes : lundi 18 février 2019

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimedia :

18 février 2019. – Cette journée des « Gilets jaunes » du lundi 18 février 2019 est la 94e journée qui fait suite à la journée du 17 février, et tout au début, celle du samedi 17 novembre 2018.

Plusieurs radars ont été neutralisés notamment à Saint-Pierre (59), Calais, Remanvillers, et Talmont-Saint-Hilaire.

À Pont-l'Abbé, la cabane des Gilets jaunes a été détruite par les services techniques.

À Nogent-le-Rotrou, la cabane des Gilets jaunes a été détruite par les flammes.

À Paris, au Sénat, la sénatrice UDI de l'Orne, Nathalie Goulet a organisé un colloque sur la fraude sociale. Le magistrat Charles Prats a alarmé de la fraude sociale à la sécurité sociale qui s'élèverait à 14 milliards d'euros. La ministre de la Santé a affirmé que les chiffres de Charles Prats sont des « chiffres totalement erronés ». Sans compter les 14 milliards pour la fraude à la TVA.

L’Élysée a refusé de recevoir l’intersyndicale des Ehpad venu se plaindre de la baisse du budget de plus d’un milliard d’euros soit seulement 20,8 milliards d’euros qui seront consacrés aux personnes âgées en perte d’autonomie et aux personnes handicapées en 2019.

Le journal Le Telegramme a publié une interview de la Gilet jaune Jacline Mouraud.

Dans le journal ''L'Obs'', parlant des Gilets jaunes, l'éditorialiste Jean Daniel a écrit un article intitulé « ils préfèrent la haine à la révolution » : les Français ont tenu à rappeler qu'ils étaient les plus antisémites et peut-être les plus racistes en Europe.

Alors que doit avoir lieu un rassemblement demain mardi contre l'antisémitisme, l’association Europe Israël a annoncé sur son site internet europe-israel.org qu'elle rejoint l’UPJF, l’OJE, ainsi que des personnalités comme Gilles-William Goldnadel, Jean Claude Ghrenassia, Noémie Halioua et Gabriel Farhi, qui refusent « de participer à la marche contre l’antisémitisme aux côtés du PCF et de EELV qui célèbrent des terroristes tueurs de juifs ».

Une association de Gilets jaunes, le « Conseil national de la Résistance Gilets jaunes », dont est membre un retraité commerçant, Kamal Amriou, a appelé à manifester (déclaré) contre l’antisémitisme ce soir à 18h place de la République à Paris.

Dans le Figaro Vox, pour l'avocat Gilles William Goldnadel « faire porter le chapeau de l'antisémitisme aux gilets jaunes est une lâcheté face à l'islamisme » : ces antisémites-là, ne correspondent pas au portrait-robot de l'antisémite rêvé par la macronie et la gauche antifascistes.

Dans le journal Le Monde, le philosophe Gérard Bensussan s’insurge contre le discours du « pas d’amalgame » régnant : « Le spectre de l’antisémitisme hante les manifestations des Gilets jaunes ».

Sur RTL, la journaliste Alba Ventura a affirmé que « quand vous traitez quelqu'un de sioniste de merde et de sale race, ça revient à le traiter de sale juif ».

Sur Europe 1, le philosophe BHL a déclaré qu'on ne peut pas dire que l’antisémitisme est aux marges du mouvement, « c’est le cœur du mouvement » des « gilets jaunes ». "Il serait temps qu'ils se manifestent pour dire 'pas en notre nom', pas comme ils le font maintenant 'oui, d'accord, mais'.. Il n'y a pas de mais ".

Le site internet Slate a publié un article écrit par Jean-Marc Proust et intitulé « Le jaune, le rouge et le brun dessinent un sale drapeau tricolore » : les insultes subies par Alain Finkielkraut sont la goutte d’eau antisémite qui fait déborder le vase populiste des Gilets jaunes.

Dans le journal Ouest-France, le député du Sud-Manche LREM, Bertrand Sorre, a regretté que peu de jeunes soient investis dans le Grand débat national.

À Edern, les gendarmes ont expulsé une douzaine de Gilets jaunes qui bloquait un dépôt Bretagne de Leclerc.

À Surgères, les gilets jaunes sont toujours mobilisés au rond-point « Ronsard », où ils se sont installés après avoir quitté le rond-point route de La Rochelle.

À Momignies (Belgique), à la frontière avec le village d’Anor (France), une bagarre a éclaté entre des Gilets jaunes et un camionneur polonais. Le bourgmestre belge a appelé la police qui a démantelé le barrage.

Le journal La Croix a publié deux articles :

  • « Les gilets jaunes représentent la part de rêve de la Révolution Française » écrit par l'historien Sudhir Hazareesingh : « Les gilets jaunes représentent la part de rêve de la Révolution Française » ;
  • « Les gilets jaunes, une forme d’individualisme extrémiste » écrit par le philosophe Gianni Vattimo : Dans le Mouvement des Gilets jaunes, comme dans le Mouvement 5 étoiles en Italie, les individus se révoltent, font masse, mais ne s’organisent pas.

Dans le journal le Parisien, le patron de la DGSI, Nicolas Lerner, dénombre quatre ultradroites :

  • les néo-populaires, survivalistes, complotistes, voulant s’attaquer à des imams, des femmes voilés ou des détenus islamistes;
  • les identitaires néo-nazis, antisémites à discours de haine;
  • les identitaires comme le Bastion social ou Génération identitaire investissant les champs politiques ou sociétaux;
  • les brigadistes violents constitués autour d’une personnalité charismatique.

Le journal Le Monde a publié deux autres articles :

  • un article intitulé « Antisémitisme : « Le reflux du mouvement des Gilets jaunes rend plus visible les ultras » et écrit par l'historien Laurent Joly : les dérives antisémites au sein des « gilets jaunes » rappellent la fin du mouvement boulangiste du XIXe siècle.
  • un article intitulé : « L’inquiétude des Gilets jaunes exprime une crainte de la perte d’une garantie sociale essentielle : celle du droit au logement » écrit par le directeur de recherche au CNRS (Centre national de la recherche scientifique) Jean-Pierre Lévy : les accès à l’emploi, à la consommation et au logement sont remis en cause et avec eux l’ensemble des paravents contre la précarité sociale.

Comme chaque lundi, les tribunaux ont condamné (ou relaxé) les Gilets jaunes arrêtés samedi (moins de 48 heures de Gav) par les agents de l'ordre :

  • à Rouen :
    • un sans domicile fixe de 19-20 ans, qui ne fait pas partie des Gilets jaunes, et qui a lancé deux bouteilles de bière vide en direction d’une équipe de deux motards de la bac samedi, a été condamné à 6 mois de prison ferme avec mandat de dépôt ;
    • un homme de 44 ans qui s'est rebellé à son arrestation en insultant deux gendarmes, notamment de « SS », a été condamné à quatre mois ferme;
  • à Toulouse, deux individus ont été condamnés :
    • un trentenaire à 6 mois dont 3 avec sursis mais sans mandat de dépôt pour avoir jeté une bouteille sur les policiers;
    • un intérimaire de 27 ans à 10 mois de prison dont 5 avec sursis pas sans maintien en détention pour avoir jeter un plot de fumigène sur des policiers.
  • à Nancy, deux quadragénaires ont été condamnés :
    • relaxé car le DDSP (directeur départemental de la sécurité publique) qui l'accusait d'avoir dit « qu’est ce qu’il a à ramener sa fraise celui-là ? » était absent au tribunal ;
    • 500 € d’amende avec sursis pour avoir tenté de forcer un barrage de police et 38 € pour avoir violé l’interdiction de manifester;
  • à Montpellier, le Lodévois de 33 ans qui avait lancé samedi des pommes de terre sur les gendarmes, a été condamné à 6 mois prison avec sursis et devra régler 147 € de frais de justice.
  • à Caen, un Gilet jaune de 33 ans a été condamné à six mois de prison dont trois mois ferme, 750 € d'amende, et indemniser de 400 € les deux policiers outragés le samedi 19 janvier.
  • à Nantes, le jeune Briéron de 19 ans qui a jeté samedi cinq pavés sur des policiers, a écopé de deux mois de prison avec sursis et d'une peine de travail d'intérêt général.
  • à Lorient, un homme de 29 ans qui a jeté des pierres sur les forces de l’ordre, a été condamné à six mois de prison ferme.
  • à Grasse, trois Gilets jaunes ont écopé de 2 à 5 mois de prison pour "violences, outrage et rébellion", au rond-point de Provence à Antibes le 15 décembre.

À Nanterre, les deux amis, Arthur et Théo qui avaient été mis en garde à vu le samedi 8 décembre pour possession d'une bombe de peinture et une biellette de direction à Villeneuve-la-Garenne ont été relaxés et ont reçu une indemnisation de 500 euros par l’État.

Sur Cnews, dans Punchline, Gaspard Ganzer a affirmé « Si on faisait des tests de QI à l’entrée des manifestations, il n’y aurait pas grand monde ». « Ils ont le droit de manifester, même s’ils sont cons ».

Clément Viktorovitch a affirmé que « nous sommes encore confronté à un vieil antisémitisme radical d'extrême droite extrêmement violent », il « subsiste en France la aussi hélas, un vieil antisémitisme de tradition bourgeoise et chrétienne », « ça reste une peste, une gangrène, beaucoup plus profonde ».

À Chennevières, la députée MoDem Maud Petit qui a jugé que les propos du député Nicolas Dupont-Aignan tenus samedi dernier, n'étaient pas une blague mais une menace de mort sous condition, a annoncé sur BFM avoir porté plainte contre le président du parti Debout la France.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Logo Wikinews
Actualiser la page Actualiser la page
avant Jour précédent

Évènements du 18 février 2019

Jour suivant avant
    Page
  • Page France de Wikinews « France »
  • de Wikinews.