France : disparition de Thierry Roland

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Thierry Roland
Nouvelles connexes
Nécrologies sur Wikinews

16 juin 2012. – Le journaliste et commentateur sportif Thierry Roland s'est éteint dans la nuit de vendredi à samedi à trois heures du matin, victime d'un AVC. Commentateur mythique des matchs internationaux de football avec son complice de toujours, Jean-Michel Larqué, sa disparition a plongé le monde du sport dans une grande tristesse. Son franc-parler lors des matchs internationaux lui a valu quelques ennuis auprès des chaînes de télévision. Dès 1976, il fit parler de lui lors du match éliminatoire Bulgarie – France. Alors que l'arbitre avait généreusement accordé un penalty en toutes dernières minutes aux Bulgares, il avait alors lâché : « M. Foote, vous êtes un salaud ! »

Lors de la deuxième partie des années 1970, il fut présentateur vedette de Stade 2 sur la deuxième chaîne publique de la télévision française. Par la suite, il migra vers TF1 où il fut associé à Jean-Michel Larqué, ancien footballeur et joueur mythique de l'AS Saint-Étienne. Parmi ses tirades les plus populaires – et reprises par les chansonniers – nous entendîmes plusieurs fois : « Eh oui, mon petit Jean-Mimi ! — Tout à fait Thierry !», répondit alors son complice.

En 1998, il obtint la consécration en commentant la finale de la Coupe du Monde de football en 1998 où les Tricolores obtinrent le trophée tant convoité. « Je crois qu'après avoir vu ça, on peut mourir tranquille ! Enfin, le plus tard possible. Ah ! c'est superbe ! Quel pied ! Oh putain ! » avait-il lancé après le match, muni d'une moumoute tricolore.

Le tandem aurait dû se reconstituer cette année lors de l'Euro 2012, mais il était trop fatigué à la suite d'une opération chirurgicale sur un calcul biliaire. Selon son complice, «  Il se sentait faible ces derniers temps, il se sentait partir. Il me disait que s'il devait partir, il me regarderait là-haut, de la grande prairie. Aujourd’hui, les bons souvenirs sont gommés par cette mauvaise nouvelle. Il faut laisser le temps au temps ».

Sources[modifier | modifier le wikicode]