France : deux costumes offerts à François Fillon suscitent la polémique

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher

Page actualisée Page actualisée : 19 mars 2017 — « France : suite de l'affaire des costumes de Fillon »

15 mars 2017. – Le Journal du dimanche a révélé dimanche 12 mars que François Fillon, le candidat LR à la présidentielle française, se serait fait offrir pour plusieurs milliers d'euros de costumes de luxe depuis 2012. Une partie aurait été réglée en liquide.

Le 20 février dernier, un « ami généreux » aurait signé un chèque de 13 000 euros pour régler le montant de deux costumes achetés chez le tailleur Arnys, filiale de LVMH, sous la marque Berluti. « J'ai payé à la demande de François Fillon. Et sans d'ailleurs en avoir le moindre remerciement depuis », a déclaré cet ami, qui a souhaité rester anonyme.

Le JDD affirme que bien d'autres costumes ont été commandés pour Fillon chez ce même tailleur depuis 2012. Ils auraient été payés 35 500 euros, en liquide, mais on ignore si c'est par le même « ami généreux », François Fillon lui-même ou un autre « mécène » anonyme.

En tout, l'ancien Premier ministre aurait donc reçu depuis 2012 pour 48 500 euros de costumes sur-mesure achetés chez Arnys.

Un mode de paiement qui intrigue

Laurent Valdiguié, l'auteur des révélations, se demande sur Europe 1, se demande quelle pourrait être la raison de ces cadeaux. Le paiement en espèces pose aussi question. « Pourquoi des espèces ? Et qui aurait versé ces espèces pour payer un costume et une veste forestière à François Fillon cet automne ? » Et « pourquoi ne pas avoir fait appel aux fonds de la campagne électorale proprement dite et pourquoi un ami à lui seul a-t-il été amené à faire un cadeau de 13 000 euros au candidat ? », interroge-t-il.

Obligation pour les députés de déclarer les dons de plus de 150 euros en lien avec leur mandat

Les députés sont tenus de déclarer au déontologue de l'Assemblée nationale, comme stipulé par le règlement de ladite Assemblée, les « dons et avantages » « en lien avec leur mandat » estimés à plus de 150 euros, afin « [...] de sécuriser [leur] situation et le cas échéant de répondre lorsque la presse ou les réseaux sociaux notamment se font l’écho d’interprétations erronées sur certaines pratiques qui n’ont rien de critiquables », est-il précisé. On ne sait pas encore si François Fillon a effectué cette déclaration, qui, le cas échéant, rendrait caduque toute polémique à ce sujet.

La révélation de l'identité de l'« ami généreux » de Fillon pourrait tout changer. S'il s'agit d'un proche du candidat et que le cadeau a été effectué « dans un cadre strictement privé », il n'aurait alors pas eu à déclarer ces costumes. En revanche, s'il ne s'agit pas d'un de ses proches, il existe un risque de conflit d'intérêts. La loi sur la transparence de la vie publique vise d'ailleurs, notamment, à contrer ce risque.

Pour Fillon et ses proches, il n'y a rien d'illégal et ces révélations ne visent qu'à lui nuire

Lundi 13 mars, François Fillon a expliqué à Europe 1 qu'il avait « parfaitement le droit de se faire offrir un costume », que « ce n’est pas interdit », sans pour autant souhaiter donner l'identité de son généreux « ami », et déplorant que « Chaque jour, on [descende] un peu plus bas dans l'intrusion de [sa] vie privée ».

Pour ce qui concerne le risque de conflit d'intérêts, il estime que « tout ça n'a rien à voir » avec la politique. « Le règlement de l'Assemblée concerne des cadeaux qui sont offerts à des députés dans l'exercice de leur mandat et de leurs fonctions. On a quand même encore le droit de recevoir des cadeaux dans cette société. », ajoute-t-il.

Le candidat s'est aussi confié aux Échos ce même lundi 13 mars. « Un ami m'a offert des costumes en février. Et alors ? » « J'observe que ma vie privée fait l'objet d'enquêtes en tous sens et que ce traitement m'est réservé. Mes faits et gestes sont scrutés tous les jours dans l'intention évidente de me nuire pour m'écarter de la course à la présidentielle », a-t-il constaté.

L'entourage du candidat estime quant à lui que les cadeaux reçus n'ont rien de « répréhensibles ». « On se demande jusqu'où iront ces intrusions malveillantes dans sa vie privée ». « Quant à l'affirmation que certains costumes auraient été payés en espèces, c'est totalement extravagant. Aucune maison sérieuse n'accepte des paiements en espèces pour de tels montants », affirme ainsi un de ses proches au JDD.

Encore trois autres affaires qui interrogent

On note aussi trois nouvelles affaires qui accablent encore plus le candidat de la droite.

BuzzFeed affirme que Fillon ferait travailler son assistante parlementaire Anne Faguer sur sa campagne présidentielle. Or, ceci est légalement proscrit pendant les heures de travail.

Par ailleurs, ses enfants lui ont également versé une partie de leur salaire d'assistants parlementaires. Ces versements auraient atteint 70 % de ses rémunérations pour sa fille (environ 33 000 euros sur 46 000) et 30 % pour son fils Charles. Pour la première, ils auraient été destinés à rembourser les frais de son mariage. Concernant le second, les versements auraient eu pour but de rembourser à son père le paiement d'une partie de son loyer et de son argent de poche.

Enfin, François Fillon est accusé par l'hebdomadaire satirique lyonnais Les Potins d’Angèle d'avoir permis le classement aux monuments historiques de l’église Saint-Pierre de Lubilhac à Coux (Ardèche), acté le 15 mai 2012, le jour même de la passation de pouvoir entre Sarkozy et Hollande, alors que les experts y étaient formellement opposés. « L’ancien conservateur du Musée gallo-romain Jacques Lasfargues, avait eu beau s’étrangler devant ce mauvais coup porté à l’authenticité du patrimoine, l’affaire avait été pliée grâce au vote positif des fonctionnaires obéissants. », indique ainsi l'hebdomadaire.

Un acte qui n'est d'ailleurs pas uniquement symbolique puisque les propriétaires d’une demeure classée peuvent déduire les charges liées à ce bien et que ladite propriété est en principe exonérée de droits de donation et de succession. Or, cette église est la propriété de son ami, le milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière, le propriétaire de la Revue des deux Mondes. Celui-là même qui avait employé Penelope Fillon pour un travail supposé fictif, dont la nomination au grade suprême de la Légion d’honneur par Fillon alors Premier ministre intrigue les enquêteurs, et qui a prêté 50 000 euros au même Fillon, qui ne l'a pas déclaré.

L’entourage de Fillon dément cependant catégoriquement cette nouvelle accusation.

Sources[modifier | modifier le wikicode]


Logo Wikinews
Actualiser la page Actualiser la page
avant Jour précédent

Évènements du 15 mars 2017

Jour suivant avant
  • Page France de Wikinews Page « France » de Wikinews. L'actualité française dans le monde.